Fête de la Révolution : La démocratie n’est pas à l’abri, estime...

Fête de la Révolution : La démocratie n’est pas à l’abri, estime BCE

Par -

Lors d’un discours prononcé à l’occasion de l’ouverture d’une exposition dédiée à la révolution tunisienne, au musée du Bardo, le président de la République Béji Caïd Essebsi a déclaré que l’expérience démocratique n’est pas à l’abri du danger.

Commentant l’intention du Chef du gouvernement Youssef Chahed de créer un nouveau parti, Caïd Essebsi a estimé que « le fait de parler d’un parti gouvernemental retarde le progrès démocratique de la Tunisie, qui est censé impliquer toutes les parties », ajoutant que le peuple tunisien attend des solutions à la marginalisation, au chômage et à la pauvreté.

Se rappelant des événements de la révolution, le Chef d’Etat a insisté que c’était un acte spontané où les jeunes qui ont protesté n’avaient aucune arrière-pensée religieuse ou idéologique.

Il a ajouté qu’il a empêché la révolution de sombrer dans un bain de sang et l’a encadrée pour qu’elle puisse, un jour, atteindre ses objectifs.

Concernant la grève décrétée par l’UGTT, le président de la République a estimé que ceci pourrait entraîner des « catastrophes » connues que par ceux qui ont survécu à la grève de 1978, appelant toutes les parties à assumer leurs responsabilités dans la recherche d’une solution.

Le gouvernement considère, selon lui, que la raison principale de cette grève est l’augmentation salariale alors que ceci est faux. La demande fondamentale, poursuit-il, est la lutte contre le déclin du pouvoir d’achat des citoyens.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo