Avocat de l’anarchie urbaine : Le gouverneur de Tunis serait bien avisé...

Avocat de l’anarchie urbaine : Le gouverneur de Tunis serait bien avisé de démissionner

Par -

La Municipalité de la Marsa vient de prendre la décision de mise sous scellés d’un immeuble situé sur la route de la Maalga et construit sans permis.

L’immeuble a été mis sous scellés par les autorités municipales pour infraction aux dispositions du Code de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme.

Réagissant à la décision municipale, le propriétaire de l’immeuble a vite fait de présenter une requête auprès du gouverneur de Tunis qui, tout aussi rapidement, vient de faire opposition à la décision de la ville de la Marsa qu’il a décidé de poursuivre en justice.

Le tollé est général à la Marsa où tous les citadins sont aux côtés de leur mairie et affirment qu’ils ne céderont rien et lutteront de toutes leurs forces contre l’impunité et la corruption.

Quelles peuvent être les motifs de la décision du gouverneur? Sont-ce ses services juridiques qui ont mal évalué les termes et les aboutissants de la requête? Y aurait-il connivences ou concussion ?

Car la décision de la mairie étant dûment motivée, il est difficile de comprendre l’attitude du gouverneur de Tunis et les fondements juridiques de sa démarche.

Pour l’instant, la ville de la Marsa est d’autant plus en ébullition qu’il est de notoriété que cet immeuble et son propriétaire sont sous le coup de deux décisions de démolition datant de 2016 et non exécutées à ce jour.

Est-ce pour annuler les effets de la mise sous scellés et faire gagner du temps au propriétaire de l’immeuble que le gouverneur de Tunis agit de la sorte ? Pourquoi cette suspecte diligence qui jette le trouble sur les ressorts de ce qui risque de devenir une affaire gravissime.

Car, si le gouverneur agit au nom d’autres motivations que le respect de la loi, il serait bien avisé de démissionner avant d’être rattrapé par sa décision de casser la mise sous scellés d’un immeuble bâti au mépris des lois.

En ce sens, les Marsois commencent à appeler à la démission du gouverneur de Tunis, clamant haut et fort leur indignation face à son étrange décision.

Les entendra-t-il ? Défendra-t-il sa position par des arguments juridiques ? Sera-t-il acculé à démissionner après ce qui prend déjà les allures d’un scandale où l’inavouable se confond avec l’indéfendable ?

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo