Chaos au port de Gênes : En colère contre la CTN, des Tunisiens bloquent la circulation et demandent un remboursement

Le feuilleton du navire Carthage se poursuit.

Après son départ en retard et la grève sauvage qui a été observée dimanche 2 septembre par les agents de la compagnie, les 2500 voyageurs, arrivés finalement à Gênes, ont bloqué une partie du port italien.

Sammy, un témoin oculaire présent sur les lieux, raconte à Webdo que les passagers censés monter à bord du navire et se diriger vers La Goulette sont bloqués, depuis hier après-midi, lundi, au port de Gênes, à cause des protestations des Tunisiens qui étaient bloqués à Tunis.

Ces derniers revendiquent, selon lui, un remboursement de leur voyage vu la grève surprise qui leurs a coûté près de 48h de retard.

« Je suis au port de Gênes. Les passagers refusent de sortir sans attestation de retard et de remboursement de leurs traversée.

La sortie est complètement bloqué. Je suis arrivé lundi depuis 14h00. Et à ce moment même j’attends toujours pour embarquer en direction de la Tunisie. La compagnie ne nous a communiqués aucun information », nous explique Sammy.

« Des bagarres ont éclaté entre passagers à bord du bateau. La tension est montée d’un cran ».

Rappelons-le, une grève sauvage a été observée dimanche 2 septembre par les agents de la compagnie et près de 2500 voyageurs, censés se diriger vers Gênes, se sont retrouvés bloqués au port de la Goulette.

C’est là que l’Armée nationale est intervenue : Dix techniciens et mécaniciens ont été déployés à bord du navire « Carthage » afin de soutenir le personnel navigant et assurer le bon déroulement du voyage.

Finalement, la grève des agents de la Compagnie Nationale de Navigation a été suspendue selon Bouali Mbarki secrétaire-générale adjoint de l’UGTT.

Malgré les informations selon lesquelles la grève était sauvage, la centrale syndicale a indiqué qu’elle « a été annoncée au préalable et n’a pas été déclenchée à l’improviste contrairement à certaines allégations ».

« La grève a été décrétée en raison de l’atermoiement de l’autorité de tutelle à mettre en vigueur les accords conclus et a été annoncée dès le 7 août dernier pour les 19, 20 et 21 août avant la tenue d’un round de négociations le 18 août au cours du quel le ministère de tutelle, le gouvernement et la direction générale ont donné des engagements pour appliquer l’accord, conduisant ainsi au report de la grève au 2, 3 et 4 septembre en attendant la mise en vigueur des promesses faites », indique un communiqué de l’UGTT.

Affaire à suivre…

Commentaires: