Bac 2018 : 35 cas de fraude au premier jour des épreuves

Le directeur général des examens au ministère de l’Éducation Omar Ouelbani a déclaré ce jeudi, que durant le premier jour des épreuves du baccalauréat, 35 cas de fraude ont été enregistrés, et deux téléphones ont été saisis chez un candidat.

Dans une déclaration accordée à Mosaique fm, Ouelbani a indiqué que même en cas de flagrant délit de fraude, le candidat est autorisé à poursuivre l’examen en attendant la fin de l’enquête réalisée par les commissions de vérification et d’enquête.

Rappelons que cette année, la loi sur la lutte contre la fraude a été « renforcée » :

– Les candidats et les surveillants sont interdits d’introduire tout appareil électronique (téléphone portable, stylo électronique, montre électronique, tablette, ordinateur, lunettes électroniques). L’introduction de tels appareils constitue une tentative de tricherie.

– Les candidats ayant commis une fraude ou une tentative de fraude ne pourra s’inscrire de nouveau à l’examen qu’après cinq ans et sera exclu de tous les établissements éducatifs publics, conformément à l’arrêté du 15 mai amendant celui du 24 avril 2008, relatif au régime de l’examen du baccalauréat.

– Toute mauvaise attitude ou comportement inapproprié sera puni par l’exclusion de tous les établissements éducatifs publics, en plus de l’interdiction de passer l’examen pendant trois ans. Lorsque la fraude ou la tentative de fraude est associée au mauvais comportement, le candidat risque d’être interdit de passer l’examen du baccalauréat pendant six ans, outre son exclusion de tous les établissements éducatifs.

– Les surveillants sont interdits d’introduire tout document à la salle d’examen.

Commentaires:

Commentez...