Hamdi Harbaoui compare la FTF à la mafia et égratigne Nabil Maaloul

Hamdi Harbaoui compare la FTF à la mafia et égratigne Nabil Maaloul

Par -
Crédit photo : Photo News

Hamdi Harbaoui n’a pas digéré sa non-convocation dans la liste des 29 présélectionnés tunisiens qui vont se préparer pour la Coupe du monde. Le meilleur buteur du Championnat de Belgique ne mâche pas ses mots.

Hamdi Harbaoui estime qu’il n’a pas été rappelé en Sélection nationale en raison du différend qu’il a eu par le passé avec la Fédération Tunisienne de Football et son président Wadii Jary. Un différend qui remonte à 2013.

A la coupe d’Afrique des nations 2013, la Tunisie est éliminée dès le premier tour et, à la suite de cette élimination précoce, Harbaoui, furieux vide son sac, pointe du doigt l’incompétence de l’entraîneur Sami Trabelsi ainsi que l’indiscipline de certains joueurs.

« Les conditions ne sont pas bonnes. Le staff médical est zéro. Les entraînements sont catastrophiques, tennis ballon la soirée du match ! Il n’y a pas de discipline. L’équipe nationale on dirait une équipe de quartier ». Ses propos font polémique et l’éloignent de la sélection pendant plusieurs années.

Après avoir présenté des excuses pour ses propos, il est finalement autorisé en avril 2016 à réintégrer l’équipe nationale et est rappelé en sélection pour la cinquième journée des éliminatoires de la CAN 2017.

Avec les blessures de Taha Yassine Khenissi et Youssef Msakni, Nabil Maaloul, le sélectionneur national, aurait pu le sélectionner. Il lui a préféré Ahmed Akaichi…

Interviewé par Het Nieuwsblad Hamdi Harbaoui estime qu’il doit sa non-sélection en Equipe nationale à ses critiques émises il y a cinq ans :

« A l’époque, le président de la FTF a chargé des joueurs de contredire mes déclarations. Cet homme a même les médias dans sa poche. Oui, le football tunisien doit toujours faire face à la corruption. Les clubs s’immiscent dans les choix. La fédération aussi. Mais c’est seulement dans leurs propres intérêts. La mafia, oui. Comment faudrait-il appeler ça alors que les meilleurs joueurs ne sont pas sélectionnés ? », lance-t-il.

Et pour conclure, il adresse une pique à Nabil Maaloul : « … Le coach actuel, Nabil Maaloul, n’a pas les couilles pour désobéir aux exigences de la Fédération », en faisant référence à sa non-convocation en sélection.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo