Il était une fois Le Petit Matin

Il était une fois Le Petit Matin

Par -
CP : Harissa

Parmi les quotidiens de Tunis, Le Petit Matin occupe une place à part. D’abord, ce journal a eu une longévité relativement importante. Ensuite, historiquement, il s’était positionné comme un journal dont les deux éditions en langue française et en arabe, avaient plaidé la cause tunisienne.

Fondé en 1923 par Simon Zana, Le Petit Matin avait ses bureaux à la rue Saint-Charles devenue aujourd’hui la rue Ali Bach Hamba.

Ce négociant issu de la communauté juive tunisienne avait fondé son journal pour concurrencer le quotidien lors perçu comme au service des intérêts français, La Dépêche Tunisienne » dont le directeur était Edouard Lecore-Carpentier.

Par ailleurs, ce ne sera que plus tard que Henri Smadja créera le journal « La Presse » qui continue à paraître, après son rachat par le gouvernement tunisien et la fondation de La Snipe qui en est la société exploitante.

La Dépêche, le Petit Matin et La Presse sont ainsi les trois quotidiens historiques parus à Tunis en langue française. Il est à noter qu’avant l’indépendance de la Tunisie, d’autres quotidiens francophones sont parus, notamment à Sousse et Sfax.

En créant Le Petit Matin, Simon Zana fit appel à Pierre Laffite, un rédacteur en chef venu spécialement de france pour diriger le journal. Au début, le journal avait ses bureaux à la rue de Bretagne, dans le quartier de la Petite Sicile. Il s’installera ensuite au 9, rue Saint-Charles et s’installera dans un hôtel particulier qui vient juste d’être démoli pour un nouveau projet immobilier.

En novembre 1930, Le Petit Matin s’équipe d’une rotative Duplex-Tubular de trente tonnes. Cette rotative sera inaugurée le 5 février 1931 avec une édition spéciale de douze pages. Le Petit Matin allait aussi éditer en langue arabe Al Fajr, un quotidien de deux pages.

Toutefois, l’édition arabe ne durera pas et disparaîtra au bout de deux mois, en avril 1931.
Quant au Petit Matin, il continua à paraître jusqu’au milieu des années soixante et continue à vivre dans la mémoire de bien des lecteurs.

Pour la petite histoire, c’est le journal Tunis Hebdo qui, à ses débuts, avait repris la rotative du Petit Matin qui cessera de paraître en juillet 1967.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo