Beji Caid Essebsi ironise sur 2019

CP : Présidence de la République

Le président de la République a reçu hier jeudi une délégation de l’Espérance Sportive de Tunis pour lui réitérer ses félicitations à l’occasion de son succès en coupe arabe des clubs obtenu récemment contre le club jordanien El Fayçali en finale sur le score de 3-2.

A cette occasion, le président du club « Sang et Or », M. Hamdi Meddeb, a offert au Chef de l’Etat un maillot du club de Bab Souika sur lequel était floqué les initiales du président de la République, BCE, avec ces deux dates 1919-2019.

L’Espérance fait ici référence à la commémoration de son centenaire prévu en cette date et dont le président a sollicité que le chef de l’Etat puisse en placer les festivités sous son haut patronage.

En recevant, ce maillot, le chef de l’Etat n’a pas manqué d’ironiser disant à Hamdi Meddeb « ne vont-ils pas croire que vous êtes là pour me demander de me présenter aux élections de 2019. » Une réplique qui a fait rire le président espérantiste.

Ensuite, BCE est parti dans une tirade sarcastique a dit « les prétendants se sont multipliés pour 2019. En tous les cas, moi, j’ai un engagement jusqu’à cette date, mais le reste est aux mains de Dieu ! » Il a ajouté « Dieu existe et il est encore trop tôt pour parler de 2019. Qui sait comment on serait et dans quel état en 2019. Alors, ne nous précipitons pas, préparons-nous et on verra après, en temps opportun. »

En fait, BCE fait ici clairement allusion aux différents candidats qui se sont déclarés pour cette échéance à commencer par Rached Ghannouchi qui semble obnubilé par les élections présidentielles de 2019 au point qu’il a tout fait pour se réserver le rôle et la place de celui qui sera automatiquement, et légalement (dans le cadre du parti islamiste), désigné comme le candidat d’Ennahdha. Une perspective qui n’aura pas que des supporters y compris au sein du parti islamiste comme le démontrent les déclarations d’Abdellatif Mekki, le « pompier » au seau, qui figure parmi les opposants à la mainmise de Rached Ghannouchi sur Ennahdha et sur ses rouages.

L.L.

Commentaires: