Aid el Fitr : Quand la cour husseinite priait aussi en hébreu…

Crédit photo : Harissa.com

Il était une tradition, de nos jours oubliée… Selon cette coutume, la fête de l’Aid el Fitr était accueillie par la cour husseinite au palais du Bardo.

Au premier jour de l’Aid, le bey en tenue d’apparat recevait les vœux des dignitaires à la salle du trône. Etaient présents pour cette cérémonie les princes, les commis de l’Etat, les représentants des corporations et les notables musulmans et juifs.

Lors de cette cérémonie beylicale du premier jour de l’Aid, il était de coutume de psalmodier des prières en arabe et aussi en hébreu, au nom des deux grandes communautés tunisiennes. Les représentants des malékites, des hanéfites et des juifs priaient ainsi pour saluer le souverain.

Cette coutume husseinite a progressivement disparu depuis l’avènement de la République. Toutefois, par avis de presse, la communauté juive tunisienne continue à présenter ses vœux lors des célébrations religieuses. En outre, les plus hauts dignitaires de l’Etat tunisien présentent aussi leurs vœux à leurs compatriotes juifs à l’occasion des grandes fêtes religieuses du calendrier hébraïque.

En ce qui concerne la fête de Aid el Fitr au temps des Husseinites, elle se déroulait sur quatre jours successifs. Après cette cérémonie du palais du Bardo, le bey se pliait à trois autres rituels.
Le deuxième jour de l’Aid, il recevait les vœux de la famille beylicale.

Le lendemain, c’était le tour des notables de l’intérieur du pays. Enfin, le quatrième jour était réservé aux notables de la capitale qui avaient ainsi l’opportunité de rencontrer le bey une seconde fois. Toutefois, au lieu du Bardo, la cérémonie du quatrième jour se déroulait à Dar el Bey, à la Kasbah.

Commentaires:

Commentez...