Et si on fêtait la journée mondiale sans téléphone portable en Tunisie !

PortableCe mardi, vous devez laisser votre téléphone portable éteint si vous voulez participer à la journée mondiale sans téléphone portable.

Celle-ci a déjà commencé hier, lundi 6 février, mais elle continue les 7 et 8 février, car il s’agit d’un ensemble de trois jours pendant lesquels le public est invité à réfléchir à l’usage qu’il fait des téléphones portables.

On sait combien les Tunisiens sont devenus accros à leurs portables. Ce petit appareil a certainement changé notre vie de fond en comble.

Cette journée mondiale sans téléphone portable s’affiche, alors, comme un défi de taille pour les Tunisiens d’aujourd’hui que nous sommes.

Il faut savoir que cette manifestation en est déjà à sa 17ème édition. Son instigateur n’est autre que l’écrivain Français Phil Marso connu, d’ailleurs, pour avoir publié d’innombrables textes en langage SMS.

Etant tout aussi accro à son téléphone portable, Phil Marso nous propose depuis 2001 d’observer une sorte de grève contre l’attachement excessif à ce petit appareil qui a envahi notre quotidien.

C’est vrai que le téléphone portable est définitivement devenu un détail, et non des moindres, de notre vie de tous les jours. Et les Tunisiens sont très loin de pouvoir s’en passer.

Combien de Tunisiens possèdent un Smartphone ? Combien de fois le consultons-nous en moyenne par jour ? Quel rapport entretenons-nous exactement avec nos portables ? Bien de questions qui traversent l’esprit sans trouver de réponses.

Mais l’essentiel c’est d’avoir fait ce petit exercice de réflexion à l’usage de cet appareil. Tel est le but, d’ailleurs, de la journée mondiale sans portable comme l’avait expliqué justement Phil Marso il y a 17 ans.

Cela étant dit, rien n’empêche nos chercheurs de travailler sur l’usage que les Tunisiens font du téléphone portable pour éclairer l’opinion publique. A vrai dire, ce dont nous sommes sur c’est que les résultats d’une telle recherche vont nous laisser autant inquiet que surpris de nous-mêmes.

AA

Commentaires: