Qui parle encore le punique en Tunisie ?

puniqueIls sont encore une poignée mais la relève devrait ne plus tarder à arriver !

En effet, la connaissance de la langue punique, un outil essentiel pour l’archéologie, n’est pas suffisamment répandue dans notre pays.

Hormis de très rares connaisseurs comme l’éminent professeur M’hamed Fantar, cette langue historique de la Tunisie s’est évaporée.

Et pourtant l’existence de milliers de stèles écrites dans cette langue mériterait l’activation de départements universitaires et pourquoi pas de centres d’études spécialisés dans ce patrimoine.

La langue punique est le premier lien de la Tunisie avec l’Orient. A ce titre, elle fonde une partie essentielle de notre histoire.

Le punique a pour langue matricielle le phénicien et appartient au groupe des langues sémitiques, précisément les langues sémitiques dites du nord-ouest qui comprend aussi l’hébreu et l’araméen.

Cette langue et son écriture nous sont connus grâce à notre patrimoine riche en stèles. Il faut noter que le punique a connu une évolution locale qui le distingue à l’écrit et à l’oral du phénicien. Cet alphabet s’écrivait de droite à gauche comme nous écrivons l’arabe, une langue sémitique aussi, aujourd’hui.

HB

Commentaires:

Commentez...