Les informations sur l’exécution de Chourabi et Guetari ne sont pas nouvelles, selon Selliti

Sofiene - Nadhir

Le porte-parole du tribunal de première instance de Tunis et du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme Sofiene Selliti a affirmé dimanche _ janvier, à la TAP que les aveux des deux terroristes libyens sur l’exécution des journalistes Sofiene Chourabi et Nadhir Ktari contiennent les même informations fournies, précédemment, par deux témoins égyptiens.

Ces derniers avaient confié au juge d’instruction tunisien, pendant sa présence en Libye, que les deux journalistes ont été tués et enterrés dans une ferme à Derna.

Mais pour des raisons sécuritaires, il n’a pas été possible pour le juge d’instruction de se rendre dans la ferme et une commission rogatoire a été donnée aux autorités libyennes pour poursuivre l’enquête, a-t-il rappelé.

Jusqu’à ce jour-là, Tunisie n’a reçu aucune réponse sur le sort des journalistes enlevés, a signalé Selliti qui considère que le témoignage des deux égyptiens ne peut être utilisé comme preuve qu’après les analyses génétiques, l’examen des corps et éventuellement une autopsie.

Un des détenus terroristes Libyens interrogés samedi par la chaine privée “Libya Al Hadath” a confié que les journalistes tunisiens ont été liquidés dans la forêt de Derna, pour avoir nui à l’image du prophète Mohamed.

Commentaires:

Commentez...