Le Tunisien Anis Amri, l’homme le plus recherché d’Allemagne

anis-amri
Anis Amri a utilisé trois identités différentes en Allemagne

La police allemande est à la recherche d’Anis Amri, le Tunisien dont le document d’identité a été retrouvé dans le camion qui a foncé sur un marché de Noël lundi soir à Berlin, faisant 12 morts et 48 autres blessées dont une quinzaine entre la vie et la mort.

Né le 22 décembre 1992 à Tataouine, Anis Amri s’était vu refuser une demande d’asile par les autorités allemandes, déposée cette année, après son arrivée en Allemagne. Il avait fait une première demande sous l’identité d’Ahmed A. avant de présenter une seconde sous son vrai nom.

Trois identités

Les enquêteurs allemandes ont retrouvé ce document sous le siège du conducteur dans la cabine du poids lourd qui a délibérément foncé sur des chalets en bois du marché très fréquenté.

L’homme, connu sous trois identités et trois âges différents, aurait déposé en avril une demande d’asile en Allemagne. Débouté, il ne serait toutefois pas expulsable.

Le suspect serait lié à un réseau de recruteurs présumés de l’EI en Allemagne et considéré comme particulièrement dangereux, selon les journaux Süddeutsche Zeitung et Bild. Il serait le disciple d’Abou Wala, un jihadiste irakien arrêté, le mois dernier, à Hildesheim, et accusé de recruter des terroristes pour l’organisation de l’Etat islamique (Daech).

Thomas de Maizière, ministre de l’Intérieur a confirmé l’information ajoutant qu’«un avis de recherche a été émis à minuit pour l’Allemagne mais aussi pour l’espace Schengen».

attentat-de-berlin

Blessé ?!

Cet homme est connu des services de police pour des coups et blessures mais il a disparu avant d’être jugé. Les enquêteurs pensent par ailleurs que l’auteur de l’attaque est blessé, ajoute la chaîne de télévision allemande RBB.

L’agence DPA ajoute par ailleurs que la police allemande a planifié une opération «imminente» dans l’état de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans l’ouest de l’Allemagne.

La police avait arrêté un demandeur d’asile pakistanais quelques heures après les faits. Il a été remis en liberté mardi soir. Un autre suspect a également été interpellé mercredi matin mais a été relâché faute d’éléments le mettant en cause, ajoute la chaîne publique RBB.

Lire aussi :

Commentaires: