Supplique pour une journée sans voitures : Nos villes étouffent, nous stressons…

embouteillage

Nous sommes devenus extrêmement dépendants de l’automobile. Et parfois, la ville en est totalement bouleversée, tout comme nos vies d’ailleurs.

Tout au long de la journée, tous les jours de la semaine, les bouchons et embouteillages sont devenus le quotidien de citadins stressés, à bout de nerfs, éreintés par la mal-vie dans des villes qui hésitent entre urbain et rural, jungle et chaos.

Quatre séries par an ?

Selon la rumeur, jusqu’à quarante mille nouvelles voitures seraient immatriculées chaque année! Des chiffres qui peuvent sembler exagérés.

La voiture nous bouffe et nous nous laissons bouffer par elle. Elle est partout y compris dans les plus petites ruelles. Elle stationne partout y compris sur le peu de trottoirs que nous avons. Elle pollue partout et roule à tombeau ouvert lorsque les chauffards entrent dans la danse.

Elle est aussi un mal nécessaire dans une ville dont les dimensions ont explosé et qui ne parvient pas à se doter de transports collectifs sûrs et efficaces.

Un dimanche sans voitures

En mon for intérieur, je rêve d’une journée sans voiture, un dimanche par exemple, où ne rouleraient que les bus, taxis et métros.

Une telle journée d’abstinence auto pourrait nous faire réfléchir sur cette dépendance aggravée que nous subissons à l’égard des voitures.

Je sais ce n’est là qu’un vœu pieux mais qu’ajouter sinon qu’il est temps que nous retrouvions nos équilibres, protégions notre environnement et amenuisions nos dépendances.

On peut ainsi trouver parfaitement ridicule cette supplique pour une journée sans voitures comme on peut y adhérer et, pourquoi pas, réaliser ce rêve par étapes, s’il le faut…

HB

Commentaires:

Commentez...