La guerre des bambalounis aura-t-elle lieu ?

bambalouni sidi bou said

Que celle ou celui qui n’a jamais goûté les succulents bambalounis de Sidi Bou Said aille tout de suite réparer cette omission !

Croustillant, avec plein de sucre !

Car s’il est un rituel incontournable pour les visiteurs de la colline de Sidi Bou Said, c’est bien celui-là… Un bon bambalouni croustillant avec son sucre en poudre et son parfum subtil, c’est un peu la madeleine de Proust, version Sidi Bou.

Et, depuis des années, tout de suite après avoir admiré les marches du café, il suffit de quelques pas pour se retrouver devant l’échoppe bénie des dieux, le petit réduit dans lequel, de père en fils, on continu à fabriquer ces délicieux beignets.

Une mine d’or et de saveurs

La boutique ne paie pas de mine et pourtant c’est une véritable mine d’or et de saveurs. Comme le bambalouni relève du rituel, on se bouscule devant cette boutique depuis des générations pour en repartir avec le précieux beignet qui, désormais, se négocie à 600 millimes.

Tableau idyllique, image d’Epinal, art de vivre: on peut faire dans l’éloge quand il s’agit de gastronomie populaire !

Seulement, le tableau pour traditionnel et immuable qu’il soit, connait quelques couacs depuis un certain temps. En effet, juste à côté de la boutique historique, un nouveau commerce vend des bambalounis…

L’original et la copie

En matière de concurrence, on a connu mieux ! Vous avez côte à côte l’original et la copie sans vergogne. On se toise donc d’une boutique à l’autre, les uns considérant les autres comme des usurpateurs déloyaux.

Et les autres assimilant les premiers à un monopole à briser… On se regarde donc en chiens de faience et on se dispute les faveurs des gourmands.

Est-ce un bien ou un mal, je vous en laisse juge même si pour ma part, je continue à fréquenter ma « crémerie » historique. O tempora o mores, diraient nos ancêtres latins…

H.B.

Commentaires:

Commentez...