La première gorgée de bière après Ramadan

La première gorgée de bière après Ramadan

Par -

bièreJ’aurais pu, pour parfaitement paraphraser Philippe Delerm, ajouter en sous-titre  » et autres plaisirs désormais menacés ».

Delerm avait en effet intitulé le bouquin qui m’inspire ce titre « La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules ».

Plaisirs minuscules en souffrance

Si ce livre vous tombe sous la main, n’hésitez pas, il est d’une lecture agréable et rapide. A peine une centaine de pages et de la meilleure eau! Ou faudrait-il plutôt parler de bière ?

Donc parlons-en de cette première gorgée après le mois de Ramadan et soyons clairement désaltérés…

Nous sommes nombreux à avoir remarqué que depuis maintenant quelques années, des instructions ont été donnés aux bars et restaurants de ne plus servir de boissons alcoolisées les jours de fêtes religieuses.

Une mesure discutable, des précédents inquiétants

Cette mesure est discutable surtout lorsqu’elle est prise en catimini, dans un esprit rigoriste, bigot et intégriste.

Cette mesure ressemble d’ailleurs à de nombreuses autres qui sont l’indice d’une montée des fondamentalistes qui rêvent à voix haute d’instituer une police des mœurs pour mater les Tunisiennes, les Tunisiens, ceux qui ne pensent pas comme eux et, dans la foulée, les lois de la République.

Souvenez-vous du flic fulminant de Monastir qui rossait une jeune fille coupable de ne pas jeûner ! Souvenez-vous du jeune emprisonné à cause d’une canette de bière dans la malle de sa voiture! Souvenez-vous aussi du harcèlement que subissent les buveurs dans un pays qui pratique une duplicité d’Etat à leur encontre…

Bigots, hypocrites et féodaux

Mais pas de panique ! Après le tour de vis du Ramadan, c’est retour à la case départ et permissivité minimale, en attendant mieux ou pire, selon les points de vue.

C’est que dans la configuration actuelle, la stratégie des islamistes désormais masqués sera celle d’un parti conservateur qui aura pour souci premier de ne pas se mettre à dos les puissances occidentales.

Je n’ai aucune inquiétude dans l’immédiat en ce qui concerne nos plaisirs minuscules. Je suis convaincu par contre que ces plaisirs sont menacés sur le moyen terme.

Il y aura encore des tentatives pour instaurer un ordre moral à la saoudienne dans un pays méditerranéen qui rejette ces modes de vie bigots, hypocrites et féodaux, avec des seigneurs pour lesquels tout est permis et des serfs en esclavage et en laisse.

Eros, Thanatos et le temps qui passe…

Dans le passé, il y a eu des attaques contre des bars et des hôtels et, j’affirme que cela se reproduira car ceux qui préconisent ce type de terreur se ressentent plus légitimes que les autres Tunisiens.

Ils ont tort de croire que les instincts de mort qui les portent pourront leur permettre de dicter leur loi aux simples bons vivants que nous sommes. Mais Thanatos ne tuera point Eros.

Ils sont aux aguets et attendent. Ils sont sur le qui-vive et investissent un pays entier de medersas archaïques qui sont en contradiction avec les lois de la République. Ils attendent leur heure et le grand soir islamiste qu’ils pensent aussi inéluctable que le Jugement dernier.

Gamberger donne soif !

Mais pas de panique sur le court terme ! Les loups sont pour le moment déguisés en agneaux et travaillent en underground, quitte à attendre encore trente ans pour que le fruit Tunisie soit bien mûr.

Vigilance ! Mais pas de panique… Allez, je crois que je vais aller siroter cette première gorgée de bière ou peut-être une rasade de vin! Gamberger donne soif…

H.B.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo