Réconciliation : Après Slim Chiboub, Zine El Abidine Ben Ali, Saida Agrebi et consorts ?

Ben Ali

Il avait décidé de faire son comeback et se livrer à la justice tunisienne. Depuis sa libération, le 12 janvier dernier et après 14 mois passés en prison, Slim Chiboub, gendre du président déchu Ben Ali et ancien président de l’Espérance Sportive de Tunis, s’est affairé à préparer son dossier en vue d’une réconciliation.

Le 5 mai dernier, il a conclu un accord d’arbitrage et de réconciliation avec le chargé du contentieux de l’Etat, qui s’engage désormais à accepter le principe de l’arbitrage et de réconciliation conformément à la loi de la justice transitionnelle sous l’égide de l’Instance Vérité et Dignité (IVD).

Ben Ali prêt à revenir en Tunisie ?

Le chemin a été balisé et depuis une semaine, les caciques de l’ancien régime semblent vouloir s’engouffrer dans la brèche ou du moins font penser qu’ils sont prêts à franchir le pas… Zine El Abidine Ben Ali en premier !?

Il y a quelques jours, le vice-président de l’IVD, Khaled Krichi a abordé le cas Ben Ali en signalant que l’ancien président pourrait bénéficier de la réconciliation puisque tout le monde est concerné par la réconciliation.

Il a assuré que même Ben Ali est concerné. C’est son avocat Mounir Ben Salha qui se chargerait de déposer une demande de réconciliation auprès de l’IVD.

Saida Agrebi emboîte le pas

Saida Agrebi, ancienne président de l’association tunisienne des mères, autre personnalité de l’ancien régime, aurait également présenté, via son avocat, une demande de réconciliation avec l’Etat, à l’IVD, d’après la radio Mosaique FM.

Egalement ancienne membre du comité central du RCD (Rassemblement Constitutionnel Démocratique) elle est accusée de corruption et de malversations financières pendant son travail à la tête de l’association tunisienne des mères.

M.C.

Lire aussi :

Commentaires: