Panama Papers : Mohsen Marzouk première « victime » en Tunisie ?

marzouk
crédits : Inkyfada

Plus de 300 journalistes travaillant pour 109 médias ont mené la spectaculaire enquête sur le système planétaire d’évasion fiscale et ce à l’aide de plus de onze millions de documents fuités.

Ces documents proviennent du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore.

Des chefs d’Etat, des membres de régimes autoritaires, des politiciens, des responsables, des sportifs, des milliardaires… ont utilisé des sociétés offshore pour dissimuler leurs actifs, Panama parpers ont tout dévoilé.

Mohsen Marzouk première victime…

Le média tunisien Inkyfada qui a contribué dans l’analyse des documents fuités, a dévoilé dans la soirée du lundi 4 avril, le nom de Mohsen Marzouk, ex-directeur de campagne électoral de l’actuel président Béji Caïd Essebsi.

A en croire Inkyfada, Mohsen Marzouk a contacté, lors de cette campagne électorale, c’est-à-dire en décembre 2014, Mossack Fonseca afin de « constituer une société offshore pour détenir des placements financiers et s’engager dans des affaires à l’internationale. »

On indique également qu’un échange de mails a eu lieu entre les deux parties. Mossack Fonseca a communiqué au politicien tunisien la procédure et les offres disponibles.

Pour sa part, Marzouk a expliqué au bureau d’avocats qu’il n’était pas un intermédiaire, qu’il a entendu parler de Mossack Fonseca et qu’il connaissait également un client du cabinet, qui utilise leurs services pour une entreprise au Panama.

Il a également montré un intérêt particulier pour l’offre d’une société offshore aux Iles Vierges ou à Anguilla.

Il semble ne pas être intéressé

Après avoir eu des informations sur les offres et la procédure Marzouk n’a pas recontacté le bureau. D’ailleurs l’une de ses assistantes, chargée de suivre la démarche de Marzouk, l’a relancé à plusieurs reprises mais sans réponse.

Inkyfada explique : « Nous avions une série de questions que nous souhaitions poser à M. Marzouk, pour lui permettre d’avoir la parole. Nous avons tenté de le contacter par différents biais, avons soumis notre liste de questions à l’adresse email qu’il utilise pour communiquer avec Mossack Fonseca.

Mais nos demandes sont restées sans réponse. Difficile de savoir quelles étaient donc les finalités des emails de Mohsen Marzouk mais sa seule prise de contact avec le cabinet et ses différents emails nécessitent de la part de l’intéressé des explications, lui qui veut s’imposer comme réformateur et leader dans la scène politique tunisienne. »

KJ

Commentaires: