Cinquante ans de cinéma tunisien en débat au club Tahar Haddad

cinémaLe club culturel Tahar Haddad accueille mardi 15 décembre une rencontre consacrée aux cinquante ans du cinéma tunisien.

En effet, le premier film tunisien tourné après l’indépendance est sorti en 1966. Il s’agit du fameux « Al Fajr » (L’Aube) de Omar Khlifi.

Pour saluer les cinq décennies de la cinématographie tunisienne, dont les œuvres pionnières remontent à 1922 avec le célébre « Zohra » d’Albert Samama Chikly, le club Tahar Haddad organise un cycle de rencontres, initié en octobre dernier, à la veille des JCC.

Ce cycle se poursuit mardi 15 décembre avec l’évocation de la deuxième décennie du cinéma tunisien qui va de 1976 à 1985.

Cette décennie pendant laquelle 15 films seulement ont été tournés est celle de l’émergence de Ridha Behi avec « Soleil des Hyènes », de la confirmation de Abdellatif Ben Ammar avec « Aziza », de la révélation de Naceur Khmir, Taieb Louhichi et Mahmoud Ben Mahmoud.

Cette décennie a également vu la production du deuxième long métrage tourné par une femme, avec « La Trace » de Najia Ben Mabrouk. De plus, plusieurs œuvres commerciales ou iconoclastes sont nées durant cette décennie.

Ce cycle se poursuivra au club Tahar Haddad jusqu’au mois de juin prochain dans le cadre du ciné-club Pelliculture.

H.B

Commentaires: