Nature Games : Le combat d’une association de quartier pour sa zone verte

DSC09098

« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire » avait dit Albert Einstein. Cette citation est le slogan d’une association qui s’est donnée pour mission de protéger une zone verte en danger.

Depuis deux ans et demi, l’Association de protection et de développement durable de la zone verte d’El Menzah 6, lutte pour préserver cette zone. Comme toute association, sa voix ne se fait pas entendre suffisamment. C’est pour cette raison qu’elle déploie des moyens considérables afin de sensibiliser, entretenir, sécuriser, les derniers espaces verts de nos quartiers.

10671276_654609204640597_1969872361401320887_nNature Games

Le 5 avril dernier, l’Association a organisé une demi-journée dédiée aux enfants en mettant en place plus d’une quinzaine d’ateliers de jeux allant du badminton au rugby en passant par la course des tortues, le jeu de quilles, le saut, le football, la promenade en poney, le jeu de la marelle, le jeu de billes, le speed-ball, les ateliers d’athlétisme, la danse, le lancer d’avion en papier, les pétanques ou le marathon d’escargots. En tout une quinzaine d’ateliers composés de divers jeux avec en prime des animateurs.

Cette journée a mobilisé près de 500 personnes en enfants et parents d’autant que les ateliers étaient gratuits. Tous les enfants ont exprimé à l’unisson le désir de voir cette manifestation se tenir toutes les semaines dans cet espace de 3 hectares.

DSC09113
DSC09124
DSC09103
Pas un seul millime de l’Etat

Or, un Nature Games comme celui du 5 avril coûte en organisation pour l’association présidée par Elyssa Amara.

[pull_quote_center]Une journée Nature Games comme celle du 5 avril nous coûte entre 600 et 700 dinars. Nous aimerions organiser ce genre d’événement toutes les semaines mais nous n’en avons pas les moyens matériels. L’Association de protection et de développement durable de la zone verte d’El Menzah 6 n’est composée que d’une dizaine de personnes et a pour vocation première la sauvegarde du Parcours de Santé d’El Menzah 7. Cela va de la remise en état de l’éclairage public à la sécurisation de la zone en passant par le nettoyage et l’entretien du site… Malheureusement, les aides manquent que ce soit pour organiser des Nature Games ou pour entretenir l’espace, et l’Etat ne nous verse aucun millime. Heureusement que nous pouvons compter sur l’aide de partenaires.[/pull_quote_center]

DSC09114Approche participative des parents

Parfois, des mauvaises surprises peuvent survenir comme le désistement à la dernière minute de partenaires, mais Mme Elyssa Amara veut rester optimiste et garder en vue l’objectif principal de la mission de l’association.

Au cours de notre entrevue, on décèle facilement cette volonté à vouloir déplacer des montagnes. « Ce qu’on veut c’est l’approche participative des parents », nous dit-elle avec beaucoup de conviction et d’assurance.

[pull_quote_center]Nous avons beaucoup d’idées… On en a même pleins, mais ce surtout les moyens qui manquent pour les mettre en application. Car aujourd’hui, on a un coût fixe de fonctionnement de 300 dinars par mois entre les travaux de jardinage et de gardiennage contre des cotisation de 20 dinars par membre. Il est vrai que nous avons parfois des citoyens qui font un don, mais cela couvre à peine nos dépenses annuelles. On a déjà eu un don de 100 dinars et un autre de 1000 dinars, deux chèques du Comité olympique (CNOT) et un d’une entreprise.[/pull_quote_center]

11130216_652378861530298_9151069549237342302_n
DSC09126
DSC09092
« On ne veut pas d’argent des autorités »

« A nos débuts, en novembre 2012, nous avons commencé en tant que mouvement citoyen mais la municipalité exigeait un vis-à-vis et nous avons donc décidé de créer l’association pour préserver la zone verte d’El menzah 6 et l’entretenir. Ce parc voit une activité journalière entre les sportifs de tout âge et les jeunes du collège d’à côté », précise Mme Amara.

Or, d’après elle, les autorités ont fait preuve d’une lenteur « exemplaire ». Elyssa Amara compte beaucoup sur la convention de partenariat signée avec la municipalité de l’Ariana pour entretenir le parc.

[pull_quote_center]Elle s’occuperait [la municipalité] de l’entretien, on s’occuperait de la sensibilisation. On ne veut pas d’argent, mais un éclairage public qui fonctionne et l’amélioration de l’espace. On souhaiterait que le puits soit réhabilité, etc. Pour les bancs publics, on espère, par ailleurs, le soutien d’un sponsor qui prendrait en charge leur pose. On a même demandé d’équiper le terrain de sport mais nous sommes toujours sans réponse des autorités de tutelle.[/pull_quote_center]

DSC0913515.000 dinars dépensés en 2 ans

Une journée Nature Games correspond à un mois de préparation, mais l’association jouit de l’aide de certaines parties comme la Fédération Sport pour tous qui a animé sept ateliers le 5 avril dernier ; la Fédération d’athlétisme a animé, quant à elle, une dizaine d’ateliers.

En dehors des événements organisés, une convention avec Zitouna Sport avait été signée et consistait à faire venir, au mois de juin dernier, un coach tous les jours pendant deux heures afin d’animer le circuit du parcours de santé.

[pull_quote_center]Nous avons dépensé près de 15.000 dinars ces dernières années, mais il nous manque encore 60.000 dinars pour obtenir un aménagement fini. Il s’agirait de travaux d’entretien, de revêtir le parcours de santé, d’améliorer le terrain de sport, de remettre en état des pylônes d’éclairage public déjà installés, de remettre en état et rééquiper le sondage existant, d’installer des bancs publics et autres équipements et surtout de réparer la clôture extérieures, nous indique Mme Amara.[/pull_quote_center]

Pour l’heure, ce sont les enfants, à des années lumières de tous ces problèmes, qui attendent impatiemment le prochain Nature Games. « On voudrait tant leur faire plaisir, mais on est limité par les moyens… Si on avait justement les moyens matériels dont on a besoin, nous pourrions organiser le Nature Games plus régulièrement notamment lorsqu’il fait beau », conclue la présidente de l’association.

DSC09102

DSC09134

DSC09127

DSC09093

Commentaires: