Fête des martyrs à Tunis : « Mort aux sionistes, mort aux terroristes »...

Fête des martyrs à Tunis : « Mort aux sionistes, mort aux terroristes » crient les manifestants

Par -
Khaled Nasraoui | WEBDO.tn
Khaled Nasraoui | WEBDO.tn

Le 18 mars 2015, la Coalition tunisienne antisionniste est née. Elle est composée de 13 membres qui militent contre la normalisation avec Israël oeuvrant pour sa criminalisation en Tunisie pour affirmer « la souveraineté du pays.« 

« Mort aux sionistes, mort aux terroristes », scandaient, ce matin des partisans de la Coalition tunisienne antisionniste. Sur l’allée de l’avenue, des jeunes brûlaient un tissu noir avec l’étoile de David dessus.

 

Rassemblés à l’avenue Habib Bourguiba, artère principal de la capital Tunis, ils se comptaient par dizaines au côté de membres du « Front de la Réforme« , un parti islamiste, fondé en mai 2012 et qui a pour « mission » l’application de la charia en Tunisie.

Le rassemblement a été organisé à l’occasion de l’événement national célébrant les « Evénements du 9 avril 1938 ». Soixante-dix sept ans plus tôt, des protestations de rue ont eu lieu en Tunisie, notamment à Tunis, revendiquant des réformes politiques. La première revendication était la mise en place d’un parlement tunisien. Le colon français avait alors riposté violemment, avec une sanglante fusillade qui marqua le mouvement national tunisien.

Khaled Nasraoui | WEBDO.tn
Khaled Nasraoui | WEBDO.tn

Cependant les revendications des manifestants, ce jeudi 9 avril 2015, étaient liées à la « libération de la Palestine ».

« Dieu est le plus grand, mort aux Etats-Unis, mort à Israël, maudit sois Al Saud, victoire à l’Islam » brandissaient les manifestants.

 

ASSAD

Des sympathisants du mouvement politique chiite libanais Hezb Allah et du régime de Bachar Al Assad étaient également présents. D’autres portaient le portrait du leader panarabiste et député Mohamed Brahmi, assassiné le 25 juillet 2013.

Contrairement aux manifestations des années précédentes, où les grands partis tunisiens, comme Nidaa Tounes, Ennahdha ou le Front populaire, se disputaient l’espace de l’avenue à Tunis pour marquer leur soutien à cette fête nationale, ce matin, il y en avait aucun.

 

 

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo