Donald Tusk en Tunisie pour le rétablissement de la stabilité dans le...

Donald Tusk en Tunisie pour le rétablissement de la stabilité dans le pays

Par -

Donald Franciszek Tusk est un homme politique polonais. Vice-président du Sénat, de 1997 à 2001, puis de la Diète, entre 2001 et 2005. Le 30 août 2014, Donald Tusk est désigné lors du sommet du Conseil européen de Bruxelles, pour devenir le deuxième président du Conseil européen. Il prend ses fonctions le 1er décembre 2014.

Tunis | C’est sans la Haute Représentante et vice-présidente de l’Union européenne Federica Mogherini que le Président du Conseil européen Donald Tusk s’est exprimé ce mardi 31 mars lors d’une conférence de presse à la Kasbah de Tunis.

M. Tusk a déclaré que sa visite à Tunis, avec le coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, avait pour objet des discussions sur les « causes de l’instabilité en Tunisie » et les solutions pour résoudre ses « conséquences », à savoir le terrorisme et l’émigration illégale.

Nous sommes venus pour discuter comment, ensemble, nous pourrons résoudre les causes et racines de  l’instabilité et aussi, comment, ensemble résoudre ses conséquences à savoir le terrorisme et l’émigration illégale. 

Après sa rencontre avec le chef du gouvernement Habib Essid, M. Tusk a indiqué que l’Union européenne tend à un partenariat pour stabiliser la situation en Tunisie et dans la région.

Il a aussi ajouté que « depuis 2011, la Tunisie a avancé sur la voie de la démocratie avec des élections démocratiques », félicitant le peuple tunisien qui a manifesté dimanche dernier contre le terrorisme.

Je félicite la Tunisie vis-à-vis de son engagement en la démocratie et soyez assurés que le peuple de l’UE sera à vos côtés, à chaque étape de ce chemin, politiquement, économiquement et en aidant dans votre transition démocratique remarquable.

« L’UE et la Tunisie sont en train de discuter pour voir comment concrètement renforcer votre démocratie pour garantir votre sécurité », a-t-il affirmé.

Tunis, ainsi que Paris et Copenhagen sont dans nos coeurs, nous allons affronter ces menaces ensemble. et pour les années à venir », a-t-il conclu, sans donner l’opportunité aux journalistes de poser leurs questions.

L’Union européenne réitéra-t-elle son soutien aux régimes autoritaires comme avant 2011 ou aura-t-elle une stratégie nouvelle pour la lutte contre le terrorisme et l’émigration illégale en Tunisie et au Proche-Orient ?

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo