Affaire Omar Gouiri : Un deuxième ministre libyen à Tunis pour exprimer...

Affaire Omar Gouiri : Un deuxième ministre libyen à Tunis pour exprimer ses regrets à la Tunisie

Par -
Ministre libyen des AE
Le ministre des Affaires étrangères libyen, Mohamed Dayri, à Tunis | Photo page facebook MAE

Tunis | Touhami Abdouli, Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères chargé des affaires arabes et africaines, a reçu ce jeudi 12 mars, au ministère des Affaires étrangères, M. Mohamed Dayri, ministre libyen des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Lors de leur rencontre, Touhami Abdouli at Mohamed Dayri ont évoqué les derniers développements en rapport avec la situation en Libye tout en se félicitant des résultats du dialogue national libyen, qui s’est déroulé cette semaine au Maroc et en Algérie comme étant un signe positif dans le renforcement de la confiance entre les parties libyennes.

Le ministre libyen est, par ailleurs, revenu sur les déclarations du président de l’Instance libyenne de la culture et de l’information du (du gouvernement de Tobrouk), Omar Gouiri, exprimant ainsi les réserves du gouvernement libyen (reconnu par la communauté internationale) face à ces propos, pouvant porter atteinte « aux excellentes relations tuniso-libyenne ».

C’est la deuxième fois qu’un dirigeant libyen vient exprimer les regrets du gouvernement libyen auprès de la Tunisie. Ahmed Baraka, ministre de l’Intérieur du gouvernement de Tobrouk en Libye, avait exprimé le 3 mars dernier, les regrets du gouvernement de Tobrouk après les déclarations faites par Omar Gouiri, le 25 février dernier.

Rappelons que suite aux déclarations du ministre des Affaires étrangères, Taieb Baccouche, qui avait annoncé, le 20 février sur Al Watania 1 que la Tunisie a décidé d’ouvrir deux consulats en Libye, l’un à Tripoli, et l’autre à Benghazi, Omar Gouiri avait demandé à M. Baccouche de clarifier sa position par rapport aux deux gouvernements libyens, ajoutant qu’on ne peut pas mettre sur un même pied d’égalité une partie légitime et une autre qui ne l’est pas.

Le colonel Ahmed Baraka avait ainsi fait savoir que les déclarations d’Omar Gouiri n’engagent que sa propre personne et ne reflètent pas la position du gouvernement de Tobrouk.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo