« Al Bawsala Mobile », nouvelle application pour connecter les citoyens aux municipalités en...

« Al Bawsala Mobile », nouvelle application pour connecter les citoyens aux municipalités en Tunisie

Par -
1
Vue de la conférence de presse | Photo WEBDO.tn | M. Chaabane

Tunis | Orange Tunisie, Al Bawsala et la Fondation Chirac, ont tenu, ce mardi 17 février, une conférence de presse commune au siège social d’Orange Tunisie pour annoncer et présenter le lancement d’un projet commun d’application « Al Bawsala Mobile » qui sera mise au service du citoyen dans les 264 municipalités que compte le pays pour permettre l’accès à toutes les informations pratiques.

Autour de cette initiative, il y a d’abord le projet de l’organisation Al Bawsala : « Baladia ».

Le projet “Marsad Baladia” a été lancé en Janvier 2014 dans le but d’observer l’activité des municipalités par le biais de l’accès à l’information et sa communication d’une manière claire et mise à jour. Le projet a aussi pour but de raccourcir la distance entre la municipalité et le citoyen, que ce soit dans la compréhension de la réalité locale ou dans la participation à la prise de décision.

La fondation Orange, basée en France, offrira 264 tablettes au profit des municipalités en Tunisie.

 

Signature d’une convention entre entre Al Bawsala, Orange Tunisie et la Fondation Chirac

Lors de cette conférence de presse, ce mardi 17 février, une convention de partenariat a été signée entre Orange Tunisie, Al Bawsala et la Fondation Chirac en présence de

  • Marwan Mabrouk, Président du Conseil d’Orange Tunisie ;
  • d’Amira Yahyaoui, présidente d’Al Bawsala ;
  • Claude Chirac, vice-présidente de la Fondation Chirac ;
  • Didier Charvet, Directeur général d’Orange Tunisie ;
  • Mokhtar Hammami, Directeur général des collectivités publiques locales au sein du Ministère de l’Intérieur,
  • Brigitte Andy, Secrétaire générale de la Fondation Orange ;
  • et Christine AlbaneL, Directrice exécutive du groupe Orange.
4
Marwan Mabrouk, Président du Conseil d’Orange Tunisie | Photo WEBDO.tn | M. Chaabane

Didier Charvet, Directeur général d’Orange Tunisie a inauguré la conférence en déclarant « qu’avec ce projet, comme à de nombreuses reprises par le passé, Orange Tunisie met tout son savoir-faire et son innovation technologique au service du développement et plus particulièrement au service de la participation citoyenne à la vie publique ».

Nous sommes au centre de notre stratégie en tant qu’opérateur solidaire. Nous mettons le numérique au service du citoyen, de la collectivité et de l’intérêt général. le numérique est un élément essentiel de développement, un catalyseur de l’information. Et ce projet « Al Bawsala mobile » va permettre de renforcer ce projet et permettre aux citoyens de participer à la vie de la collectivité et d’en devenir des acteurs.

M. Charvet a tenu à rappeler qu’Orange Tunisie a tenu à donner leur chance à de jeunes ingénieurs sans emploi qui vont pouvoir développer cette application au sein d’Orange Developper Center.

Mme Claude Chirac a ensuite pris la parole pour expliquer la présence de la Fondation Chirac. « Notre présence se justifie par celle de la lauréate de la Fondation Amira Yahyaoui, qui a reçu le prix pour la prévention des conflits en 2014. Ainsi, la Fondation Chirac a voulu distinguer Amira et son organisation pour leur engagement et leur détermination ».

Amira incarne la jeunesse tunisienne par son courage et son combat qui ont permis à ce pays la transition démocratique. Je lui souhaite à elle, à Al Bawsala et à la Tunisie un très bel avenir.

3
| Photo WEBDO.tn | M. Chaabane
Al Bawsala Mobile disponible en mai 2015

Christine Albanel a déclaré, de son côté, « qu’après avoir été au service de la transmission du savoir et de la culture en accompagnant des projets éducatifs en Tunisie [Un MOOC pour les étudiants tunisiens et un programme « écoles numériques » pour les enfants du primaire, la Fondation Orange se met au service de la démocratie. »

« Nous sommes en train de travailler sur la mise en oeuvre de tous les principes de la Constitution en toute transparence », a, de son côté déclaré Mokhtar Hammami, représentant le ministère de l’Intérieur, indiquant au passage que « les réseaux sociaux doivent permettre une information instantanée et de proximité ».

L’intervention d’Amira Yahyaoui a été la plus longue. « Je remercie la Fondation Chirac qui est à l’origine de tout ça […] La Tunisie a, lors des deux prochaines années d’énormes challenges, d’abord la décentralisation, ensuite les élections municipales.

Parlant du projet Al Bawsala mobile, Mlle Yahyaoui a précisé que cette application, qui sera lancée en mai 2015, aura pour objectif principal de rapprocher le citoyen de leur municipalité.

Nous allons mettre à la disposition de chaque citoyen, à partir de son téléphone, d’avoir des informations sur sa municipalité, de participer à la vie de sa municipalité, de connaitre les dates des réunions des conseils municipaux pour y assister et des tablettes vont être installées dans les 264 municipalités. Ce projet est une première entre un opérateur, une organisation, une fondation et l’Etat.

La présence de Noômen Fehri, ministre des Technologies de l’Information, de la Communication et de l’économie numérique, avait été annoncée, mais le ministre s’est excusé auprès des organisateurs en laissant un message : « La transformation de ce pays se fera par les e-transformers ».

2
Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Mohamed Ali Laroui au côté de Marwan Mabrouk | Photo WEBDO.tn | M. Chaabane

Rappelons qu’Al Bawsala, fondée en 2012, a lancé marsad.baladia en 2014 qui couvre déjà 89 municipalités, a rappelé Amira Yahyaoui.

Aujourd’hui, nous surveillons (monitoring) 89 municipalités dont quatre avaient refusé de nous transmettre leurs données. Il y a d’ailleurs eu un recours au tribunal administratif contre ces quatre municipalités car la loi est très claire à ce sujet et le Décret Loi 41 de la Constitution nous garantit l’accès à l’information. Mais par la suite, trois municipalités ont donné leur accord alors que la municipalité de Haouaria refuse toujours de nous communiquer ses données.

L’application sera en langue arabe, dans un premier temps, mais sera aussi traduite en français par la suite, a annoncé Amira Yahyaoui.

 

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo