Fête de la Révolution : Des «rumeurs» perturbent la cérémonie officielle

Fête de la Révolution : Des «rumeurs» perturbent la cérémonie officielle

Par -

sebsi-martyrsLa cérémonie de la fête de la Révolution et de la Jeunesse (appellation officielle), organisée ce mercredi 14 janvier 2015, au palais de Carthage, a été marquée par un incident entre le président de la République, Béji Caïd Essebsi, et les familles des martyrs et des blessés de la Révolution.

Vers la fin du discours du nouveau locataire de Carthage, des membres des familles des martyrs et des blessés, placés au fond de la salle, l’ont interpellé et ont appelé à ce que justice soit faite. Ils ont réclamé que les meurtriers de leurs proches soient identifiés et poursuivis en justice.

«Où sont les droits des martyrs», lui ont-ils lancé, alors qu’il décorait les représentants du quartet (Houcine Abassi / UGTT ; Wided Bouchamaoui / UTICA ; Abdessattar Ben Moussa / LTDH ; et Fadhel Ben Mahfoudh / Ordre des Avocats).

Visiblement excédé, Caïd Essebsi tente de garder son calme et leur adresse, de la main, plusieurs saluts, suivis d’un geste, de la main, pour leur demander de reporter leurs doléances à plus tard. En vain. En colère, il finit par se diriger vers le pupitre, et leur déclare : «Si les martyrs étaient encore vivants, il ne seraient pas d’accord avec ce que vous êtes en train de faire !»

«Du calme, afin que je puisse vous entendre, a-t-il ajouté, à la fin de la cérémonie de décoration. Nous gardons à l’esprit tous les martyrs. Ils seront tous décorés. De ce fait, ce que vous êtes en train de faire n’est pas nécessaire. Allez, que Dieu vous vienne en aide».

D’après la présidence de la République, Béji Caïd Essebsi a eu, après cette cérémonie, une rencontre avec quelques membres des familles des martyrs et des blessés de la Révolution. Il leur a affirmé que le dossier des martyrs et des blessés de la Révolution doit être parmi les priorités de l’État.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo