Choix des alliances de Nidaa Tounes : La réponse après les présidentielles...

Choix des alliances de Nidaa Tounes : La réponse après les présidentielles répond Béji Caid Essebsi dans Lepoint Afrique

Par -

BCE Dans une interview, publiée ce mardi 28 octobre, deux jours après les élections, dans le journal « Le Point Afrique » , le président du parti vainqueur des législatives du 26 octobre, Beji caid Essebsi, a déclaré que « les gens ont voté pour le changement », affirmant que « la gestion d’Ennahdha durant les deux ans et demi passés ont desservis le parti islamiste ».

Beji caid Essebsi a nuancé la victoire de son parti en faisant remarquer qu’il y a eu le « facteur abstention » : « Les Tunisiens en âge de voter sont 8,4 millions. Ils sont 5,3 millions à s’être inscrits sur les listes électorales. Et seulement 3 millions ont voté. ce qui est moins qu’en 2011 », a-t-il reconnu. « Un millions de voix disparues », a-t-il fait remarquer.

Le président de Nidaa Tounes a expliqué cette abstention par « une déception à l’égard de la politique » et à cause de « la gestion catastrophique de la Troïka ». Ainsi, la débâcle d’Ennahdha, du CPR et d’Ettakatol, devient « l’échec de tous les politiques » a-t-il constaté. En effet, Ettakatol, parti au pouvoir depuis 2011, n’a pu avoir qu’un seul siège dans le nouveau parlement, alors que le CPR, deuxième parti dans la Troïka n’a eu que 4 sièges.

Au sujet de l’alliance au sein du prochain gouvernement que son parti se chargera de former et des coalitions au sein de l’Assemblée du peuple, il s’est abstenu de répondre, avançant comme argument le fait que « les élections sont un package législatives-présidentielles » et que ce n’est qu' »après ce processus qu'[il] déciderait ». Usant de la même locution, « pour l’instant », que celle de Mohsen Marzouk sur Nessma TV le 28 octobre, il a ajouté qu’il faudra attendre les résultats définitifs des législatives et terminer les présidentielles ».

Quant à son alliance avec le parti Ennahdha, honnie par la base de son parti, Beji Caid Essebsi la conditionne par l’hypothèse d’un adoubement des « partis modernistes ».

Quels sont vos chantiers prioritaires ? « L’ordre public », répond illico l’ancien ministre du régime Bourguibien. Pour lire l’intégralité de l’interview, cliquez ici

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo