Taieb Baccouche : « Nidaa Tounes est un parti séculier et non laïc »

Taieb Baccouche : « Nidaa Tounes est un parti séculier et non laïc »

Par -

Taieb BaccoucheDepuis les pronostics des observateurs affirmant le parti Nidaa Tounes premier vainqueur des législatives, plusieurs médias étrangers le qualifie de « laïc ». D’après son secrétaire général, Taïeb Baccouche, Nidaa Tounes n’est pas un parti laïc mais plutôt  séculier.

Pour lire notre interview intégrale avec M. Baccouche, cliquez ici

__

Certains confondent les deux notions. Selon l’historien Georges Corm, la sécularisation est un modèle anglo-saxon et allemand et, de façon générale, inspiré des valeurs des différentes Églises protestantes.

« Dans l’opnion commune, ce modèle serait plus accommodant et plus respectueux de la religion que celui de la laïcisation dont  le modèle de base est français. La sécularisation aurait réalisé un meilleur équilibre entre le respect de la foi et la liberté individuelle que la laïcisation à la française. Cette dernière, en effet, ne parvient pas à se débarrasser de l’accusation d’anticléricalisme et de manque de respect des valeurs et croyances religieuses. »

Pour Corm, ceci n’est autre qu’une « caricature intellectuelle d’une problématique fort complexe accompagne  une communautarisation du monde, encouragée par un modèle impérial américain, politique et culturel, où la nation  américaine se définit elle-même comme une “nation de croyants” qui a mis en pratique les principes de sécularisation, non par conviction, mais par souci de liberté et de croyance. Pourtant, les principes de la sécularité favorisent la vie communautaire au détriment de la vie citoyenne dans la cité. C’est pourquoi la généralisation de la culture américaine contemporaine ouvre la porte à un communautarisme pratique et encouragé à l’échelle du monde, car il facilite la gestion impériale de la planète. »

D’après l’historien, la sécularisation est un modèle à l’opposé de celui de la laïcité, citoyen et républicain, qui réclame du “cosmopolitisme” au sens le plus noble du terme, celui donné par la philosophie kantienne des relations internationales visant à établir la paix perpétuelle entre les nations et les États. Il convient donc de bien expliciter cette opposition entre les deux modèles, afin de saisir les enjeux majeurs de batailles d’idées et de comportements. 

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo