Imed Daimi, ou le risque de collusion entre le CPR et la Présidence de la République !

Imed Daimi (photo - MFM)Imed Daimi était jusqu’à hier, Chef de cabinet du président de la République Moncef Marzouki. A l’issue des travaux du 3ème conseil national du CPR tenu le week-end dernier à Sousse, il est devenu le nouveau secrétaire général du Congrès pour la République (CPR) en remplacement de Mohamed Abbou, démissionnaire depuis le 14 mars.

Elu à l’unanimité par les membres du Conseil national du CPR, il aura pour mission d’assurer l’intérim jusqu’au prochain Congrès national prévu en août alors que le parti est plongé dans une crise interne suite aux démissions en masse.

Mais cette désignation, bien que relevant du CPR, provoque une situation assez «inédite». Imed Daimi, assurera sa fonction de S.G. au sein du CPR tout en gardant son poste de Chef de cabinet de la Présidence de la République. Un cumul qui donne cours à de nombreuses interprétations sachant que le président Marzouki n’est pas au mieux de sa popularité.

Concernant ce cumul des fonctions, un membre du Bureau politique du CPR, a bien tenté de rassurer tout le monde en déclarant à La Presse, dans son édition d’aujourd’hui, que «Imed Daimi s’est engagé à faire le maximum pour que son action au Palais de Carthage ne se fasse pas au détriment de ses activités partisanes».

Voilà qui a le mérite d’être clair, mais lorsqu’on sait que les partis sont sur le point (si ce n’est déjà fait) d’entrer en campagne, cette collusion entre parti et présidence ne peut que jeter un trouble dans l’esprit des Tunisiens.

Commentaires: