Moubarak prend le monde entier au dépourvu

Moubarak prend le monde entier au dépourvu

Par -

On s’attendait à une démission en bonne et due forme.

On s’attendait à ce que le richissime Hosni Moubarak, à la tête de l’Egypte depuis 30 ans et surtout à la tête d’une fortune colossale estimée à plus de 70 milliards de dollars, jette l’éponge.

On s’attendait à ce qu’il réponde aux attentes de son peuple qui exige son départ depuis le 25 janvier.

Dix-sept jours durant, les Egyptiens ont tenté, à la manière des Tunisiens, de le déloger de son fauteuil, mais en vain.

Jeudi soir, dans un discours aussi pathétique que celui de Ben Ali, à la veille de sa fuite, Moubarak a pris le monde entier au dépourvu en annonçant son désir de rester au pouvoir non sans avoir auparavant délégué certains pouvoirs à son nouveau vice-président Omar Suleimane.

Que faut-il comprendre de ce discours ? Que Moubarak vit sur une autre planète. Alors que des millions d’Egyptiens lui demandent de dégager, le Rais est revenu sur ses états de service, sur ses 60 années passées à servir son pays (et à amasser sa fortune) et sur son désir d’amender la Constitution en faveur de la démocratie.

Un discours venu trop tard surtout lorsqu’on sait que 300 martyrs sont déjà morts pour avoir cherché un peu de liberté et de dignité. Un discours meurtrier qui annonce déjà d’autres morts et de dangereux troubles. La réaction de la rue égyptienne ne s’est d’ailleurs pas fait attendre. En colère et très déçu par ce message de provocation, ce peuple promet le pire au régime égyptien.

Et dire que la CIA, pourtant réputée dans son domaine d’action, avait déjà annoncé la chute de Moubarak. Le monde entier avait annoncé cette chute, mais le vieillard a préféré faire un dernier pied de nez à la planète avant un départ prévu pour… septembre lorsque son mandat sera effectivement achevé.

Et le vice dans tout ça ? Omar Suleimane a rajouté, lui aussi de l’huile sur le feu, en exhortant le peuple égyptien à rentrer chez lui. Moubarak a bien choisi son remplaçant ! Obama, surpris par la tournure des événements a tout de suite convoqué son équipe de sécurité nationale et doit désormais parer au pire…

En attendant, prions pour que la terre des Pharaons ne se transforme pas en terre brûlée !

Commentaires: