Tunisie : L’UGTT s’oppose à tout accord avec le FMI portant atteinte au pouvoir d’achat

Samir Cheffi

Tous les économistes jugent indispensable un accord avec le Fonds monétaire international pour sauver la situation économique. La situation est telle que notre pays peine à boucler son budget pour l’année courante en l’absence d’une nouvelle ligne de crédit.

L’Union générale tunisienne du travail est actuellement au cœur du débat, ses positions peuvent être cruciales pour parvenir à cet accord avec le FMI. Le vice-secrétaire général de l’union syndicale Samir Cheffi a affirmé dans ce sens que l’UGTT s’oppose à tout accord avec le FMI qui porte atteinte au pouvoir d’achat des Tunisiens.

« La centrale syndicale reste ouverte à toutes les réformes tuniso-tunisiennes mais refuse d’appliquer des mesures étrangères, et nous ne sommes pas prêts à accepter un accord qui nuit au pouvoir d’achat des Tunisiens », a-t-il déclaré.

Noureddine Taboubi, premier responsable de l’UGTT, avait fait part de son étonnement en marge de l’annonce faite par le gouvernement concernant la préparation d’un programme de réforme et l’avancement des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) alors que la présidence de la république a annoncé la formation d’une commission économique et sociale qui sera chargée d’étudier les réformes. Noureddine Taboubi a signalé que le gouvernement a préparé un projet de réformes complètement différent de celui qui a été réalisé par le département des études de la centrale syndicale et qui doit être présenté aujourd’hui à la discussion lors de la commission administrative.

L’agence de notation Fitch Ratings a émis un nouveau rapport sur la situation en Tunisie, dans lequel elle épingle les tensions politiques. Grosso mode, elle estime indispensable un accord entre le gouvernement et « l’influente UGTT » pour parvenir à une nouvelle ligne de crédit assurée par le Fonds monétaire international (FMI).

Commentaires: