Polémique suite à une cérémonie funéraire dans une école

Capture d’écran

Le délégué régional à la protection de l’enfance à Sidi Bouzid a demandé au parquet près le Tribunal de première instance de la région d’ouvrir une enquête pour atteinte à la vie privée d’un enfant, atteinte à son intégrité physique, négligence et exposition d’un enfant à des scènes traumatisantes, indique le ministère de la Famille, de la femme, de l’enfance et des personnes âgées.

Le délégué à l’enfance est intervenu suite à la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant la cérémonie funéraire de l’enfant Hadil Marzouki dans la cour de l’école et en présence d’un grand nombre d’élèves mineurs, indique un communiqué publié mardi par le ministère.

L’incident a suscité de vives réactions des associations de protection de l’enfance et des parents d’élèves en raison des répercussions psychologiques à craindre sur les écoliers.

L’enfant Hadil Marzouki, 9 ans, est la fille du martyr de la garde nationale Mohamed Marzouki, tué dans l’attaque terroriste de Sidi Ali Ben Aoun en 2013.

Elle est décédée, lundi, suite à un malaise qu’elle a eu peu de temps après avoir pris son goûter, vers 11h 20 du matin, à son école de la rue de la République, à Sidi Bouzid, avant de perdre connaissance.

La direction de l’école a fait appel à la protection civile qui l’a transportée à l’hôpital régional pour recevoir les premiers secours, mais elle n’a pas pu être sauvée.

Le parquet près le Tribunal de première instance de Sidi Bouzid a ordonné l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes du décès.

L’attaque terroriste de Sidi Ali Ben Aoun avait également coûté la vie au capitaine Ali Hizi, chef de l’unité antiterroriste, le premier lieutenant Socrate Cherni, le premier caporal Anis Salhi et les caporaux Ridha Nasri et Taher Chebbi.

Commentaires: