Sihem Boughdiri : « Les équilibres budgétaires assujettis à un accord avec le FMI »

Le ministre de l’Economie, Samir Saied, a qualifié l’étape actuelle en Tunisie d’étape d’approfondissement de la préparation des réformes, notant que plusieurs séances de travail ont été organisées avec des experts du Fonds monétaire international (FMI).

Saied a ajouté, lors d’une conférence de presse sur la coalition des organisations patronales des pays francophones, que les réformes portent sur les entreprises publiques, le système public et celui des subventions, outre la justice fiscale et sociale et les équilibres financiers à long terme.

Le ministre a indiqué que les experts du FMI ont exprimé leur satisfaction quant à l’avancement des travaux, notant que les pourparlers se poursuivent dans l’espoir d’aboutir à un nouvel accord permettant à la Tunisie de continuer à gagner la confiance des partenaires.

Et de souligner qu’ils sont en contact avec les organisations nationales et sont prêts à étudier toutes les réformes de manière transparente. « La situation est difficile, mais nous sommes capables de la surmonter », assure-t-il.

Pour sa part, la ministre des Finances, Sihem Boughdiri Nemsia, a affirmé que les discussions avec le Fonds monétaire international étaient sérieuses et que les impressions étaient « bonnes et positives ».

Le ministre a ajouté qu’il y a des progrès dans ces pourparlers, soulignant que la période à venir sera l’étape des négociations formelles, rappelant que toutes les hypothèses et les équilibres financiers du budget de 2022 sont basés sur la conclusion d’un accord avec le FMI.

Rappelons que l’expert en affaires économiques, Ezzeddine Saidane a estimé qu’il est impossible de parvenir à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI).

Ce dernier ayant fixé une condition « impossible » selon laquelle un accord interne doit être conclu entre le gouvernement et l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) sur le programme de la réforme avant tout autre accord.

Saidane a estimé que cette condition était impossible pour le gouvernement tunisien et a contribué à compliquer davantage la situation générale dans le pays.

Rappelons que le Fonds monétaire international avait envoyé, le 24 mars 2022 une délégation en mission en Tunisie pour de nouvelles discussions avec les autorités.

Il avait également entamé des discussions avec l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) et l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) allant dans le sens des réformes qui devront être engagées dans le cadre du lancement d’un nouveau programme d’appui financier.

Commentaires: