Uzra Zeya : « Le processus politique tunisien doit être participatif »

Uzra Zeya et Othman Jerandi (25/03/2022) | CP : MAE Tunisie

La sous-secrétaire d’Etat américaine à la Sécurité civile, à la Démocratie et aux Droits de l’Homme, Uzra Zeya, a poursuivi sa tournée en Tunisie en rencontrant, hier, vendredi 25 mars 2022, le ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, Othman Jerandi.

Lors d’un entretien, ils ont ont évoqué les relations de coopération entre les deux pays, mais aussi et surtout les questions de démocratie.

Citée dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, Uzra Zeya a souligné tout l’intérêt que porte l’administration américaine aux questions de démocratie et de droits de l’homme dans sa politique étrangère, saluant les acquis qui ont été réalisés par la Tunisie dans ce domaine.

Elle a également souligné l’importance à ce que le processus politique tunisien soit « participatif », réaffirmant, à ce propos, la détermination des Etats-Unis à « continuer de soutenir l’expérience démocratique tunisienne, afin qu’elle reste un modèle dans la région ».

Le concept de processus participatif suppose l’implication active de l’ensemble des acteurs politiques.

Elle a indiqué que sa visite « traduit l’intérêt que porte son pays à la Tunisie en tant que partenaire stratégique ».

Othman Jerandi a, de son côté, réitéré l’attachement de la Tunisie au choix démocratique, soulignant que « la démocratie tunisienne nécessite un accompagnement économique et social, alors que le pays fait actuellement face à des défis multidimensionnels ».

Il a ajouté que la Tunisie compte sur l’appui de ses partenaires, dont les Etats-Unis pour « relever ses défis et promouvoir son processus démocratique ».

Durant sa visite en Tunisie, Uzra Zeya, a pu également s’entretenir avec les dirigeants de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) lors d’une rencontre, qui a été qualifiée de « longue et importante » par la centrale syndicale.

La responsable américaine doit rencontrer plusieurs hauts responsables du gouvernement lors de sa visite en Tunisie pour discuter des réformes politiques et économiques, de la protection des droits de l’homme et du rôle intégré que la société civile joue dans une démocratie forte.

Elle doit également aborder, lors de ses entretiens, les questions bilatérales et régionales et des défis économiques auxquels la Tunisie est confrontée à la suite de ce qu’elle a décrit comme « l’agression russe contre l’Ukraine ».

Le sous-secrétaire rencontrera également des défenseurs des droits de l’homme, d’autres représentants de la société civile tunisienne.

Commentaires: