La Tunisie appuyée dans l’activation de la zone de libre-échange continentale

La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, la Société islamique internationale de financement du commerce et le Cadre intégré renforcé ont annoncé un nouveau projet visant à aider huit pays africains à opérationnaliser la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Le projet soutiendra la mise en place de plus de 30 activités stratégiques pour la zone de libre-échange continentale africaine au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Guinée, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal, au Togo et en Tunisie.

En aidant à mettre en œuvre les priorités formulées par la Commission économique pour l’Afrique, le projet contribuera à créer un environnement dans lequel les activités commerciales peuvent être plus efficaces et inclusives dans les huit pays bénéficiaires.

A la fin du projet, la capacité de ces pays sera renforcée pour obtenir des résultats tangibles grâce à des activités commerciales, telles que la création d’emplois et l’ouverture d’autres opportunités économiques.

Le 7 juillet 2022, la Zone de libre-échange économique continentale avait été officiellement lancée pour ouvrir les grandes portes d’une véritable puissance économique africaine, à l’occasion d’un sommet extraordinaire de l’Union africaine.

Selon la Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations unies, une fois pleinement opérationnel, l’accord de la ZLEC devrait faire augmenter le niveau des échanges commerciaux intra-africains de plus de 52% d’ici à 2022.

Pour l’Union Africaine, cet accord pourrait devenir la plus grande zone de libre-échange du monde par le nombre de pays participants. Ainsi une zone qui réunira plus de 1,2 milliard de personnes devra être constituée et un PIB combiné de 2.500 milliards de dollars américains devra être atteint.

Commentaires: