Kaouther Ben Hania réalise un des huit films de la série Netflix : « L’amour, la vie, etc… »

L'amour, la vie, etc...

 

L’amour, la vie, etc… (Fil hob… wal hayet) est la nouvelle série que Netflix diffusera à partir du 10 Mars 2022 et qui explorera l’amour dans les pays arabes.

Romance, drame et humour noir s’entremêlent dans cette série d’anthologies développée par la scénariste égyptienne Azza Shalaby explorant l’amour au sens large et les relations de près, avec des histoires d’Égypte, du Liban, de Palestine, d’Arabie saoudite, du Maroc et de Tunisie. La collection diversifiée et couvrant tous les genres comprend huit courts métrages réalisés par certains des meilleurs cinéastes arabes de six pays différents : Khairy Beshara (Egypte); Sandra Bassal (Égypte); Hany Abu Assad et Amira Diab (Palestine); Michel Kammoun (Liban); Mahmoud Sabbagh (Arabie Saoudite); Abdulmohsen AlDhabaan (Arabie Saoudite); Kaouther Ben Hania (Tunisie) et Hicham Lasri (Maroc). Il est à noter que parmi ces réalisateurs, deux avaient été nommés aux Oscars, à savoir Hany Abu Assad dont les films Paradise Now et Omar avaient été nommés en 2006 et 2014 pour l’Oscar du Meilleur film en langue étrangère et Kaouther Ben Hania, dont le film L’homme qui avait vendu sa peau avait été nommé pour l’Oscar 2020 du meilleur film international.

L'amour, la vie, etc...
Kaouther Ben Hania, Nadim Cheikhrouha et Abdelhamid Bouchnak sur le plateau de tournage de « Nuisette et côtelettes d’agneau »

Chacun de ces huit films se déroule le jour de la Saint-Valentin, chaque réalisateur racontant une histoire d’amour de son propre point de vue, mais également conforme à la mentalité et la culture de son propre pays.

« Les événements de chaque histoire se déroulent le jour de la Saint-Valentin, une période qui met les personnages principaux au défi d’exprimer l’amour, de le comprendre et de le vivre dans des situations uniques qui s’accompagnent de rebondissements inattendus. Le public est captivé par les émotions qu’il ressent, les décors familiers et les talents inégalés des acteurs et des réalisateurs », indique un communiqué de Netflix.

D’Egypte, le réalisateur Khairy Beshara a eu le sentiment de rendre hommage au Fahrenheit 451 de François Truffaut (1966) tout en le faisant revivre sous un nouvel angle. Commentant Jour de deuil national au Mexique, il a souligné qu’il aime faire des films qui transcendent le temps et l’espace, et qui ne sont pas liés à la réalité concrète. « Les personnages errent dans l’espace dystopique d’une société effrayante et inhumaine, où la Saint-Valentin est interdite et ceux qui la célèbrent sont punis dans la mesure où la couleur rouge est taboue et les livres, chansons ou films qui expriment l’amour sont interdits » a-t-il précisé.

L'amour, la vie, etc...
L’acteur égyptien Asser Yassin dans « Jour de deuil national au Mexique »

Dans son histoire, O’Frère, la talentueuse réalisatrice égyptienne Sandra Bassal, utilise un personnage trisomique pour réunir un couple amoureux. Non seulement elle met en évidence l’inclusion, la diversité et l’acceptation dans une histoire d’amour, mais elle fascine également le public avec une intrigue passionnante où un chef de village annule les fiançailles de sa fille lorsque son porte-bonheur disparaît car il pense que c’est un mauvais présage.

Les réalisateurs palestiniens Hany Abu Assad et Amira Diab ont co-réalisé l’épisode intitulé Kazoz, qui se déroule au milieu de deux événements apparemment opposés : mariage et funérailles.

« Un mariage célèbre l’avenir, un enterrement commémore le passé. Mais en réalité, les deux servent le présent et répondent à un besoin existentiel de socialisation. Kazoz est la célébration du deuil ensemble dans la perte et de la danse ensemble dans la joie », ont-ils déclaré.

Quant à la tunisienne Ben Hania, elle a centré son film sur les aspects commerciaux de cette fête. « La Saint-Valentin est une fête qui demande des dépenses, et l’argent est forcément la preuve par excellence de l’amour. Sans le sou, notre héros doit trouver un moyen d’acheter un cadeau pour sa femme », explique-t-elle.

Dans Nuisette et côtelettes d’agneau, la réalisatrice accompagne le propriétaire d’un abattoir qui, en pleine crise financière et ayant du mal à joindre les deux bouts, va faire l’impossible, au point d’en devenir presque fou, pour donner à son épouse une parfaite fête de la Saint-Valentin, précise Netflix dans un communiqué.

L'amour La vie etc...
Abdelhamid Bouchnak dans « Nuisette et côtelettes d’agneau »

Dans son film, le réalisateur libanais Michel Kammoun utilise le symbolisme pour raconter à quel point l’idée de tomber amoureux est désirable, à travers une aventure en montagnes russes que le personnage principal, Sami, poursuit tout en essayant de livrer un cadeau de la Saint-Valentin à l’un de ses clients.

« Il n’y a pas de réponse simple, seulement des opinions subjectives et des histoires partagées sur ce qu’est l’amour. C’est ce que j’ai voulu créer dans Le grand cœur rouge, un cadeau indomptable, énorme et hors du commun pour la Saint-Valentin qui devient l’alter ego de l’amour lui-même. La métaphore de l’amour dans toute sa grandeur », a déclaré Michel Kammoun.

Le réalisateur marocain Hicham Lasri a déclaré : « Mon film, Sidi Valentin, adopte les codes de la comédie noire pour jouer ironiquement avec cette idée d’un monde qui s’est accommodé de la clandestinité que la Saint-Valentin teinte de rouge.

L'amour, la vie, etc...
L’acteur égyptien Ahmed Ezz dans « O’Frère »

La série L’amour, la vie, etc… sera disponible, à partir du 10 mars 2022 sur Netflix, dans 190 pays et sera sous-titrée en 33 langues et doublée en 5 langues.

La liste complète des épisodes:

  • Jour de deuil national au Mexique, écrit par Nura ElSheikh et réalisé par : Khairy Beshara, avec dans les rôles principaux Asser Yassin, Nadah El Shazly, Aly Sobhy et Nura Cheichaa.
  • Le grand cœur rouge, écrit et réalisé par Michel Kammoun, avec dans les rôles principaux Elie Njeim, Fadi Abi Samra, Rita Hayek, Alain Saadeh, Mohamad Akil et Issam Bou Khaled.
  • Sidi Valentin, écrit et réalisé par Hicham Lasri, avec dans les rôles principaux Lotfi, Nasser Akabab et Fatima Zahraa.
  • Kazoz, écrit par Amira Diab et coréalisé par Amira Diab et Hany Abu Assad, avec dans les principaux rôles Amer Hlehel, Shaden Kanboura, Samer Bisharat, Samah Mahmoud et Manal Awad.
  • Amour pépin, écrit et réalisé par : Mahmoud Sabbagh, avec dans les principaux rôles Dhay AlHelaly, Sami Hanafy, Oum Kalthoum Sara Brad et Ismail AlHassan.
  • Al-A’sha, coécrit par Mohamed Al Hamoud et Abdulmohsen Aldhabaan et réalisé par ce dernier, avec dans les rôles principaux Mishal AlMutairi et Reem Habib.
  • Nuisette et côtelettes d’agneau, écrit et réalisé par Kaouther Ben Hania, avec dans les rôles principaux Abdelhamid Bouchnak, Mourad Gharsalli, Nadim Cheikhrouha, Anissa Daoud, Fatma Felhi, Hela Ayed, Jihed Cherni et Slim Achour.
  • O’Frère, écrit par Rafik Morkos et réalisé par Sandra Bassal, avec dans les rôles principaux Ahmed Ezz, Passant Shawky, Salah Abdallah et Adham Hossam.

Neïla Driss

Commentaires: