Le président Kais Saied s’est arrogé réellement les pleins pouvoirs, estime Ennahdha

A l’heure où la Tunisie a célébré, vendredi 17 décembre, la fête de la Révolution, le pays a été le théâtre de manifestations en relation avec les mesures du président Kais Saied décrétées le 25 juillet dernier.

Le mouvement Ennahdha, de son côté, s’est exprimé en publiant un communiqué dans lequel il indique en substance que « les mesures exceptionnelles annoncées, le 25 juillet 2021, par le président Kais Saied ont aggravé la crise qui secoue déjà le pays et porté atteinte aux acquis de la démocratie ».

« Les mesures de Kais Saied ont exacerbé la crise politique et économique qui menace désormais la stabilité du pays », a encore averti Ennahdha, soulignant la nécessité de « résoudre la crise politique à travers un dialogue national qui devrait déboucher sur des approches communes entre les différentes forces politiques et sociales ».

« Le président Kais Saied décide seul du sort du pays »

Ennahdha indique également que « le président Kais Saied a confirmé dans son dernier discours qu’il s’est arrogé réellement les pleins pouvoirs », dénonçant la décision de poursuivre le gel du parlement élu pour une année supplémentaire.

« Le président Kais Saied décide seul du sort du pays », s’est indigné Ennahdha, évoquant « des manœuvres à la manière des régimes autocratiques populistes comme les consultations électroniques et les référendums ».

Ennahdha a également accusé Kais Saied de « vouloir modifier la Constitution et de reconstituer la scène politique, constitutionnelle et électorale », appelant « les partisans de la révolution et ceux qui refusent de revenir à l’ère de la tyrannie et de l’injustice à défendre les acquis, à revenir à la légitimité, à reprendre la vie démocratique et à soutenir une réforme globale ».

Ennahdha met en garde contre le projet imposé par Kais Saied

Par ailleurs Ennahdha a dit « rejeter toute tentative d’étendre le régime autocratique et de fixer des échéances électorales sans dialogue avec les forces politiques et civile, mettant en garde contre le projet imposé par Kais Saied.

Jeudi, Rached Ghannouchi, président d’Ennahdha et de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), avait publié, un communiqué au nom de la « présidence du Parlement » allant dans ce même sens et exprimant son rejet des décisions du président de la République, Kais Saied.

Dans son communiqué, Rached Ghannouchi dénonce et rejette le gel pour une année supplémentaire des activités de l’ARP considérant cette procédure d’anticonstitutionnelle et illégale.

Il souligne que la sortie de la crise qui s’est aggravée dans le pays ne se fera pas sans l’annulation immédiate des mesures exceptionnelles et l’entame d’un dialogue national global pour déterminer collectivement l’avenir du pays.

Il rejette les procès des députés et dénonce « la politique d’extorsion, de chantage et de restrictions », qui est devenue un comportement quotidien et une approche politique de facto.

Il exprime également son rejet de toute révision de la Constitution et toute atteinte au processus mis en place depuis 2014. Ghannouchi considère que toute modification de la Constitution doit se faire en obéissant à des procédures constitutionnelles.

Commentaires: