Tunisie : Prémices de crise entre le gouvernement et l’UGTT

Entre le gouvernement et l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) le torchon brûle. En cause, un plan du gouvernement qui vise à alléger la masse salariale dans la fonction publique.

Si pour le moment, ce programme n’est pas encore officialisé, la centrale syndicale commence déjà à sortir ses griffes, car pour elle, les droits des travailleurs sont une ligne rouge.

En effet, Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’UGTT, a fait savoir, mardi 14 décembre 2021 que le gouvernement envisage de réduire de 10% les salaires dans la fonction publique et de les geler pour les cinq prochaines années au nom des mesures d’austérité.

Taboubi explique en marge du Congrès ordinaire de l’Union régionale du travail de Sfax, que c’est le gouvernement qui a demandé officiellement à la Centrale syndicale de valider ce plan.

Sauf que dans des déclarations médiatiques, le ministre des Affaires sociales a estimé que ce genre d’information est destiné à perturber l’action gouvernementale, remettant en cause les déclarations de Taboubi.

Ce jeudi 16 décembre 2021, dans une interview accordée au journal Al-Chaab, le premier responsable de la Centrale syndicale a haussé le ton, affirmant que personne n’est en mesure d’imposer à l’UGTT ses choix.

Derrière le gouvernement, le président de la République semble déjà marquer sa rupture avec Noureddine Taboubi. Dans son récent discours, il a rejeté la « troisième voie », une solution proposée par l’UGTT pour sortir de la crise.

Commentaires:

Commentez...