Graines de violence dans un pays en déroute

Plusieurs incidents successifs ont pour protagonistes des adolescents en pleine crise, des enfants lâchés par leurs parents et par ce qu’il reste de l’école publique.

Une extrême violence physique et symbolique prend de plus en plus place dans la société tunisienne. Le phénomène est des plus inquiétants et se répand comme une trainée de poudre.

En contentieux avec le monde adulte et toutes les figures de l’autorité, les ados tournent le dos aux valeurs habituelles et se retrouvent en porte-à-faux entre le consumérisme ambiant, l’islamisme latent et l’effondrement du monopole de la violence.

Hier, les hooligans et les voyous menaient la vie dure à la police dans les stades. Aujourd’hui, ces attitudes provocatrices et violentes ont débordé sur des espaces comme l’école ou l’hôpital. Médecins et professeurs se font agresser verbalement et physiquement jusqu’à atteindre les seuils de l’intolérable.

A voir et subir ce spectacle devenu quotidien, on ne peut que se convaincre d’une chose : la Tunisie est profondément malade et si rien n’est véritablement fait pour la soustraire à cette descente aux enfers, le pire reste à redouter dans un pays en déroute.

Commentaires:

Commentez...