Tunisie : Le PDL prêt à accorder les signatures de ses députés pour dissoudre l’ARP

Faisant profil bas au lendemain du 25 juillet et preuve d’une certaine retenue, le Parti Destourien Libre (PDL) revient dans l’arène médiatique.

Hier, Abir Moussi, présidente du PDL, a fustigé les déclarations de Walid Hajjem, conseiller du président Kais Saied avant d’être reçue par le secrétaire-général de l’UGTT Noureddine Taboubi.

Hier encore, le PDL s’est dit prêt à accorder les signatures de ses députés pour faciliter à la Présidence de la République la dissolution, par le biais d’un mécanisme constitutionnel, du Parlement dont les activités sont gelées depuis le 25 juillet dernier et l’organisation d’élections législatives anticipées.

Le PDL estime que cette position est motivée par le souci de préserver les institutions, éliminer les menaces qui guettent le pays et répondre aux attentes des Tunisiens.

Le PDL a aussi appelé le président de la République à l’ouverture et au dialogue avec les députés qui appartiennent aux forces progressistes, en les associant à la réalisation des revendications des Tunisiens, dans le respect de la Constitution.

Mais Abir Moussi, présidente du PDL, a également fustigé les déclarations de Walid Hajjem, conseiller du président Kais Saied, qui a évoqué la feuille de route pour la période à venir sur une chaîne étrangère.

« Les annonces de Walid Hajjem pourraient faire perdre à Kais Saied sa légitimité », a-elle dit Moussi, précisant que l’absence de textes constitutionnels peut conduire à des erreurs, voire même à la désintégration de l’État.

Rappelons que le conseiller du président de la République, a annoncé à Sky News, « qu’il y a une tendance à changer le système politique en Tunisie vers un régime présidentiel, et que le président a l’intention de suspendre la Constitution et d’établir un système temporaire ».

Le PDL a regretté les déclarations de Walid Hajjem, appelant le président de la République à s’adresser aux Tunisiens dans les plus proches délais pour les rassurer.

Le parti a également réitéré son engagement, en tant que parti de l’opposition, à se tenir aux côtés des Tunisiens, à préserver l’équilibre du paysage politique et à faire face à toutes les formes de dérives.

Par ailleurs, Abir Moussi a été reçue, hier par le secrétaire-général de l’UGTT Noureddine Taboubi pour une réunion qui a porté sur la situation générale dans le pays.

Sauf que le chargé de communication de la centrale syndicale a qualifié cette réunion d’importante sans donner plus de détails.

Commentaires:

Commentez...