Sommes-nous gouvernés par des psychopathes ?

Tribune | Par Dr. Yosra ZGUEB

Au cinéma et à la télévision, les psychopathes ont une place irréfutable. Prenons l‘exemple de la fameuse série espagnole La Casa del papel diffusée sur Netflix. Ironiquement les tenues rouges et les masques Anonymous en blanc et noir utilisés pour le cambriolage d’une banque ont séduit l’unanimité des gens et sont partout utilisés dans les manifestations festives et politiques ! Or notre triste réalité est différente d’une scène de cinéma.

En disant psychopathe, la première image qui viendra à l’esprit de tout un chacun est celle d’un tueur en série avec un sang-froid. Qu’appelons nous alors les responsables de centaines de morts par la Covid-19 survenues le mois de juillet en Tunisie ? Evidemment, le seul tueur est le système qui nous dirige par incompétence, faute d’anticipation mais aussi par psychopathie !

Qu’est qu’un psychopathe ?

Il s’agit d’une personnalité qui se caractérise par un manque pour les règles et les lois de la vie en société, associé à de l’impulsivité, avec une difficulté à tenir des projets à long termes et un faible sens de culpabilité.

Une caractéristique importante à souligner est le pouvoir de manipulation et de séduction chez ces personnes. Ainsi « surestimation de soi », tendance envahissante, séduction, manipulation et mensonge sont les traits fondamentaux pour repérer les psychopathes.

Rappelons que tous les experts en santé mentale affirment que la personnalité détermine la manière durable d’un sujet d’être au monde selon ses pensées, ses sentiments et ses comportements, ainsi que sa manière d’entrer en relation avec autrui, de percevoir et de penser son environnement et soi-même.

Nous parlons d’une personnalité pathologique lorsque les traits sont rigides, inadaptés et responsables d’une souffrance subjective ou, surtout, d’une altération significative du comportement social. Ce qui est très applicable dans notre contexte tunisien actuel.

Quelle est la réaction de nos gouverneurs face à une crise sanitaire catastrophique ? Devant nos milliers de morts ? Devant les familles endeuillées ? Devant un peuple insuffisamment vacciné ? Devant une économie qui souffre de plus en plus aussi bien dans le monde des affaires que pour le simple citoyen ? Devant un déficit commercial s’aggravant à 7,5 milliards de dinars au premier semestre de 2021 ?

Devant une incurie politique entre les deux chefs de l’exécutif et des parlementaires faisant tous leurs shows ? Devant la dignité et les droits de l’homme dans une descente en enfer ? Devant la tristesse, le désespoir et l’angoisse que le tunisien commence même à normaliser ! Et la liste est longue…

Sur le plan émotionnel

Professeur H. Cleckley, décrit dans son ouvrage « The Mask of Sanity » (le masque de la normalité) que la psychopathie est caractérisée, avant tout, par un détachement émotionnel, c’est-à-dire un manque d’empathie avec une incapacité de ressentir et à comprendre l’autre.

De plus, le psychopathe a un égocentrisme pathologique, c’est-à-dire une focalisation principalement sur leur propre intérêt. Ainsi le psychopathe considère son opinion comme la plus importante et se voit comme la personne à suivre et à admirer.

S’ajoutant à cela une incapacité d’aimer avec des réactions affectives pauvres. Appliquons cela à notre contexte et demandons-nous : Nos gouverneurs comprennent ils nos besoins et sentent ils notre malheur ?

La réponse est : ZERO empathie, ZERO remord, ZERO regret, ZERO Honte ! Signes de psychopathie ! La communication au moment de cette crise comparable à une période de guerre en est témoin. En effet, elle est oscillante entre contradiction et silence ne faisant que majorer l’angoisse des êtres vivants.

Mais à vrai dire le Professeurr H. Cleckley s’est trompé car nos psychopathes à nous peuvent éprouver de l’amour : l’amour du pouvoir et de l’argent ! sont-ils plus malins ? Je pense que c’est la rencontre inversée qui se déverse dans leurs escarcelles et un délire de pouvoir.

Sur le plan des pensées

La croyance de base du psychopathe : « Si tu as envie de quelque chose, prends-la tout de suite ». Toutefois, certains d’entre eux arrivent à retenir le « tout de suite », pour prendre plus de précaution. Toutefois le manque de fiabilité, la fausseté, les mensonges et l’hypocrisie restent un dénominateur commun.

S’ajoute une pauvreté du jugement et une incapacité d’apprendre de ses expériences. Ainsi les pensées de ces personnalités sont dans l’ici et le maintenant, car c’est l’impulsivité qui règne sans aucune projection dans l’avenir. Il s’agit d’un défaut de mentalisation, c’est-à-dire que l’individu s’explique une situation de façon objectivement incohérente.

Peut- être cela pourrait donner une explication aux experts qui décrivent nos gouverneurs par des sourds, incompétents ne voulant pas avoir des plans proactifs dans tous les domaines.

Les exemples sont nombreux comme l’absence d’un plan de réforme dans tous les secteurs publics et privés, citons à juste titre la dernière déception par la nouvelle Loi de relance économique adoptée par L’assemblée des représentants du peuple (ARP) le 12 juillet 2021.

Sur le plan comportemental

L’impulsivité génère des troubles du comportement : bagarres, crises clastiques, délits mineurs ou majeurs. Le psychopathe réagit à la moindre frustration, contrariété, et se montre incapable de retarder l’accomplissement de ses désirs immédiats. Ajoutons que cette agressivité peut revêtir un aspect pervers lorsqu’elle s’accompagne d’un véritable plaisir à faire le mal ou à le faire faire par d’autres.

Mais ne voyons-nous pas les bagarres au sein même de l’ARP, une atmosphère plombée ? Les images communiquées sont celles du sang, avec des métaphores et des comparaisons avec des animaux ? Et cette agressivité n’est-elle pas transmise après au peuple par apprentissage social ?

Les gouverneurs ne sont-ils pas conscients du rôle de la communication démonstrative à travers le modèle qu’ils véhiculent aux jeunes ? Ces jeunes qui voient l’anarchie, la désorganisation, la transgression de la loi par un décideur qui impose un couvre-feu et se permet lui en premier de ne pas le respecter ! Quel modèle veut-on transmettre aux jeunes tunisiens qui vivent l’abandon ?

Un double abandon, un Etat ne jouant plus le rôle du père, ayant abandonné ses enfants et ces derniers se sentant délaissés, ne faisant plus appel au père dans leur inconscient.

Notre Malheur

Dans son livre « The Wisdom of Psychopaths » (La sagesse des psychopathes), Kevin Dutton a essayé de montrer que la relation entre politique et psychopathie existait depuis toujours, mais à des degrés variables. Evidemment un masque culturel colore chaque personnalité et cette relation est semblable à celle de l’œuf et la poule. Faut-il être doté d’un degré de psychopathie pour être au pouvoir ?

Les exemples sont nombreux comme Hitler, Churchill, Trump… Mais ces noms, malgré ce qu’on peut penser d’eux, n’ont-ils pas pensé gagnant- gagnant en considérant le parti et La PATRIE ?

Je pense que notre malheur réside aussi, comme a dit l’immortel IBN KHALDOUN, en le fait de l’amour fanatique des arabes à la Tribu (ou secte) et au butin, donc non pas à la nation ! En plus de parasiter une société, ils la volent. Ajoutons aussi, que la Mafia peut être un bon exemple de psychopathie organisée.

Bon à Savoir

Toutefois dans le cirque qui règne en ce moment en Tunisie, il ne faut pas sur généraliser et accuser tout le monde de psychopathe. Plusieurs essayent de faire de leur mieux ! Il nous faut beaucoup d’optimisme, de solidarité et des plans réalisables et réalistes pour pouvoir surmonter ces peines !

En tant que psychiatre, je tiens à insister sur le fait que la psychopathie fait partie les troubles de la personnalité. Pour poser le diagnostic nous nous basons aussi bien sur les éléments historiques, que sur les éléments cliniques et sur des tests psychométriques bien précis.

Il ne s’agit pas, toutefois, d’une maladie mentale altérant les capacités de discernement de l’individu en cas d’accomplissement d’un acte médico-légal. Ainsi, selon le code pénal tunisien, la personne sera jugée responsable PENALEMENT de ses actes, et des crimes qu’elle commet. A bon entendeur….

Commentaires:

Commentez...