Dr. Dhaker Lahidheb : « La situation, devenue critique, a imposé ces mesures douloureuses »

Les nouvelles mesures sanitaires annoncées mercredi 7 avril font polémique. Applicables à partir de ce vendredi 9 avril jusqu’à la fin de ce mois, elles font toutefois l’objet d’une vague de refus.

Le couvre-feu ramené à 19h00, l’interdiction des rassemblements, etc… Cela signifie que ni les cafés ni les restaurants ne pourront ouvrir durant le Ramadan !

Bien que contestées, ces mesures adoptées pour stopper la progression de l’épidémie du coronavirus sont-elles nécessaires ?

Docteur Dhaker Lahidheb, cardiologue et ancien Professeur à la Faculté de Médecine de Tunis et à l’Hôpital Militaire nous livre son avis sur ce qu’il considère des mesures douloureuses.

« Sur le plan épidémique il va y avoir une vague qui fera d’autres cas graves et d’autres décès. Avec le relâchement constaté au mois de mars comme les manifestations et rassemblements politiques ainsi que les regroupements, il y a eu un retour de la contamination » et « aujourd’hui, les taux de remplissage des lits de réanimation sont au rouge., nous précise-t-il.

Docteur Dhaker Lahidheb estime qu’au vu de la situation épidémique, devenue critique, il fallait prendre ce genre de mesures.

« En tant que médecin, j’approuve ces recommandations mais il faut surtout les appliquer. En tant que citoyen j’aimerais que l’Etat trouve une solution pour les emplois fragiles qui vont souffrir et trouve surtout un moyen de les indemniser », ajoute-t-il.

Dhaker Lahidheb rappelle qu’il faut surtout insister sur la vaccination de masse qui reste le seul moyen de reprendre une vie normale dans quelques mois.

A noter que le nombre total de personnes ayant été vaccinées contre le coronavirus depuis le début de la campagne nationale de vaccination, il y a 26 jours, a atteint 116.242 dont 9493 vaccinées au 7 avril.

Rappelons que Dr Dhaker Lahidheb avait déjà prévenu, par le passé, que le mois de Ramadan sera très difficile, en rapport avec l’épidémie de la Covid-19 et avait averti quant au relâchement dans l’application des mesures barrière, le retard dans l’importation des vaccins et la tenue de manifestations et de sit-in.

Face à une situation sanitaire critique en raison de l’augmentation du nombre de cas graves dans les hôpitaux Dr Dhaker Lahidheb préconise donc de mettre l’accent sur la campagne de vaccination, estimant que le rythme des vaccinations doit s’accélérer.

Il préconise également une application pure et simple de la loi concernant le port du masque et le respect du protocole sanitaire.

Commentaires:

Commentez...