Tunisie : 21 associations et organisations appellent à libérer Rania Amdouni

Vingt et une associations et organisations des droits de l’Homme ont dénoncé la condamnation de l’activiste Rania Amdouni.

Il s’agit, selon leur communiqué commun, d’une instrumentalisation des institutions de l’Etat « pour régler des comptes avec des militants des droits de l’Homme » et d’une violation des procédures juridiques.

« Poursuivre les défenseurs des droits de l’Homme pour leurs positions et leurs idées est contraire à la loi tunisienne qui soumet toutes les formes d’expression aux dispositions du décret-loi n° 2011-115 du 2 novembre 2011, relatif à la liberté de la presse, de l’imprimerie et de l’édition », peut-on lire.

Les organisations et associations ont appelé les autorités à libérer Rania Amdouni dans l’immédiat, à abandonner les accusations qui pèsent sur elle et à éviter l’application sélective des lois en matière de liberté d’expression.

Parmi les signataires de la déclaration figurent la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), l’Organisation contre la torture en Tunisie (OCTT), l’Association tunisienne de défense des libertés individuelles et le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES).

Rappelons que Rania Amdouni avait été condamnée à 6 mois de prison ferme pour « outrage à un fonctionnaire public ».

Commentaires:

Commentez...