Ghannouchi et Saied : Clash, puis solidarité !

Ennahdha tente-il de se rattraper après les déclarations de son chef ? Le parti a appelé à poursuivre l’enquête et à éclairer l’opinion publique sur l’affaire de l’enveloppe suspecte.

Dans un communiqué publié ce lundi 1er février 2021, le mouvement Ennahdha a exprimé « son entière solidarité » avec le président de la République suite à l’incident de l’enveloppe suspecte, souhaitant un prompt rétablissement à la directrice du cabinet présidentiel.

Cette déclaration vient plusieurs jours après l’incident en question et 24 heures après que le chef de l’ARP, Rached Ghannouchi semble clasher le président de la République au sujet du remaniement ministériel.

« Le rôle du président de la République est symbolique concernant la crise de prestation de serment », a-t-il estimé, lors d’une conférence virtuelle tenue samedi 30 janvier.

Pour Rached Ghannouchi, « Kais Saied s’abstient de convoquer les nouveaux ministres pour prêter serment ce qui prouve qu’il est contre le récent remaniement ». « Il pense qu’il a le droit d’accepter certains noms et de refuser d’autres, c’est la problématique du mélange entre les régimes parlementaire et présidentiel », a-t-il encore estimé.

Ghannouchi insiste que la Tunisie a un régime parlementaire et que le rôle du chef de l’Etat est un rôle symbolique, et que la question de la gouvernement appartient au parti au pouvoir et relève principalement de la responsabilité du gouvernement.

Dans un autre contexte, il a dénoncé les agressions « gratuites » des forces de l’ordre lors de la protestation organisée, samedi, à l’avenue Habib Bourguiba.

Appelant au respect mutuel citoyens et agents de l’ordre, le mouvement a salué les politiques sécuritaires « respectueuses des droits et des libertés ».

Commentaires:

Commentez...