Manifestations nocturnes : La société civile condamne la réponse sécuritaire

Plusieurs organisations de la société civile, nationales et internationales, ont condamné la réponse sécuritaire aux récentes manifestations, estimant que « celle-ci vise à réprimer les mouvements sociaux et à jeter les protestataires dans les prisons » après l’arrestation de près d’un millier de manifestants.

Ces organisations ont dénoncé, ce jeudi 21 janvier 2021, lors d’une conférence de presse commune, la gestion par les autorités sécuritaires des manifestations que la Tunisie connaît ces derniers jours, notant que la répression des mouvements vise à détourner les revendications sociales.

Elles ont appelé à la libération des détenus. A ce titre, le vice-président de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme (LTDH), Bassam Trifi, a annoncé que la LTDH, en coordination avec d’autres organisations, a formé un comité d’avocats pour défendre les manifestants arrêtés.

Il a estimé que « la décision de décréter quatre jours de confinement général coïncidant avec l’anniversaire de la révolution visait à réprimer les manifestations », rapporte l’agence TAP.

Le président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Abderrahman Hedhili, a, quant à lui, considéré que « le cambriolage de magasins et de produits de base démontre que les protestataires souffrent de ventres creux ».

Le FTDES, le SNJT, la LTDH, l’association tunisienne des femmes démocrates et Al Bawsala, ont par ailleurs, a appelé les autorités à éviter le recours à la répression qui a ravivé les tensions dans la rue.

Commentaires:

Commentez...