Jaouhar Ben Mbarek : « Des lobbies et des familles créent les politiques en Tunisie »

L’universitaire et spécialiste en droit constitutionnel Jaouhar Ben Mbarek, a commenté la crise que connait le processus de formation du nouveau gouvernement.

Après deux jours de « concertions réussies » entre Habib Jemli, chef du gouvernement désigné, Ennahdha, Tahia Tounes, Attayar et le mouvement Echaab, l’accord tant attendu n’a finalement pas vu le jour.

Ces trois derniers partis ont jeté l’éponge, et ont annoncé leur retrait officiel des concertations, en raison d’un blocage qui serait causé, selon Zouheir Maghzaoui, secrétaire général d’Echaab, par Ennahdha.

Jaouhar Ben Mbarek a exprimé son regret de voir les concertations emportées par le vent, estimant que « la Tunisie a raté une véritable occasion ». Il a ajouté dans le même contexte que Attayar a eu l’occasion de disposer des mécanismes nécessaires pour lutter contre la corruption, mais il l’a raté.

Ben Mbarek, invité ce lundi 23 décembre sur Jawhara fm, a indiqué l’existence d’une « machine cachée qui crée et élabore les politiques en Tunisie ».

Cette machine est, selon ses dires, monopolisée par les lobbies et des familles qui ont été surpris par sa propre personne et Habib Bouajila, médiateurs dans la facilitation des concertations.

« Ces lobbies et ces familles avaient l’habitude de voir des personnalités influentes et puissantes de la politique intervenir dans ces cas », rappelant que son rôle était de faciliter l’accord et de mener des concertions.

Commentaires:

Commentez...