L’huile d’olive tunisienne dérange…

Le ministre de l’Agriculture, Samir Bettaieb a évoqué les difficultés auxquelles fait face l’huile d’olive tunisienne cette saison.

En plus de la production qui, selon le ministre, sera moyenne par rapport à celle de l’année dernière, l’huile d’olive tunisienne fait face à de nombreuses campagnes dirigées pour diminuer les exportations.

Dans une déclaration accordée à Express fm, ce mardi, le ministre a souligné qu’il « ne faut pas tomber dans le piège des campagnes et des rumeurs dirigées contre les produits tunisiens, notamment l’huile d’olive ».

En dépit de la saison moyenne, il y aura de nouvelles destinations pour vendre notre huile d’olive, assure-t-il.

Rappelons que la saison dernière avait enregistré une explosion de la production et des exportations de l’huile d’olive, atteignant 1,6 million de tonnes d’olives, qui ont généré 325 mille tonnes d’huile.

En 2018, les recettes des exportations de l’huile d’olive ont atteint 2,12 milliards de dinars contre 1 milliard en 2017.

Cette année, la valeur des exportations tunisiennes de l’huile d’olive a été estimée, jusqu’au mois de janvier, à 145,5 millions de dinars, contre 236,2 millions en janvier 2018, enregistrant ainsi une baisse de 38,4%.

L’huile d’olive tunisienne dérange les Italiens

Le chiffre record enregistré la saison dernière au niveau des exportations de l’huile d’olive tunisienne a dérangé les habitants de la péninsule Italienne.

L’importation italienne de l’huile d’olive en provenance de Tunisie avait augmenté, cette année, de 260%, indique Gianni Cantele, président de l’organisation Coldiretti Puglia.

« Nous nous mobiliserons, avec la participation des parlementaires et des instances de contrôle, pour freiner l’invasion du ‘pétrole’ tunisien. […] Nous demandons aux parlementaires de la régions des Pouilles à ce qu’ils unissent leurs forces pour arrêter cette importation qui menace la production en cette année déjà désastreuse », avait-t-il déclaré, cité par la Repubblica.

« Le risque de déstabilisation du marché italien avec l’arrivée de l’huile tunisienne a presque quadruplé en 2018, avec l’importation de 26,6 millions de kilos ».

Toujours selon le responsable italien, l’olive tunisienne est « de qualité médiocre », vendue à de bas prix et commercialisée ensuite par des multinationales sous couvert de marques italienne vendues à l’étranger, au détriment des producteurs et des consommateurs.

L’huile d’olive tunisienne dérange depuis des années

En 2016, les députés européens avaient introduit un amendement autorisant à revoir la mesure et à la rectifier à mi-parcours si l’huile d’olive tunisienne devait nuire à l’économie européenne.

Les politiciens italiens avaient d’ailleurs craint que la mesure ne nuise à leur propre secteur de l’huile d’olive, qui a été gravement touché par une maladie frappant leurs oliviers.

Beppe Grillo, fondateur du mouvement 5Star, avait à l’époque dénoncé les importations de l’huile d’olive tunisienne en Europe et avait qualifié cette décision d’invasion, rapporte le site Politico. « Ce n’est pas un hasard si les agriculteurs sont sur un pied de guerre », avait-t-il indiqué.

Commentaires:

Commentez...