« Le Radeau » en tournée, pour débattre autrement de la migration

L’Organisation internationale pour les Migrations (OIM) a pris une initiative originale pour permettre au public de débattre autrement des migrations.

En effet, en s’associant au Théâtre El Hamra, l’OIM organise une tournée de représentations du spectacle « Le Radeau », une oeuvre de Cyrine Gannoun et Majdi Boumatar, inspirée d’une idée de Ezzeddine Gannoun.

La tournée se déroulera en quatre étapes, avec à chaque fois une représentation puis un débat public sur la question migratoire.

C’est au Rio à Tunis, dimanche 28 octobre à 17h, que sera donné le coup d’envoi de ce cycle. « Le Radeau » sera présenté ensuite au Centre d’art dramatique de Médenine (le 1er novembre à 17h), au Complexe culturel Mohamed Jamoussi de Sfax (le 2 novembre à 18h) et au Complexe culturel de Siliana (le 4 novembre à 14h).

Toutes les représentations sont organisées par l’OIM en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ainsi que le ministère des Affaires culturelles.

« Le Radeau » est une œuvre hautement métaphorique qui met sous le regard du spectateur des migrants d’ici et d’ailleurs africains et arabes. Unis par les rêves et la souffrance, ces voyageurs de l’incertitude sont confinés sur une petite embarcation.

Pris dans la tempête, l’esquif prendra l’eau, menaçant de couler. Le voyage de la vie devient alors un véritable cauchemar et le danger révélera les véritables visages des huit passagers qui se sont retrouvés à bord.

Puissante et toute en symboles, cette oeuvre du duo Gannoun-Bou Matar a convaincu partout où elle est passée, engrangeant une dizaines de distinctions nationales et internationales.

Cette pièce de théâtre servira de prétexte et de tremplin pour le débat autour de questions cruciales dont l’actualité est souvent meurtrière.

Par ce biais, l’OIM qui est l’organisme des Nations-Unies chargé des migrations ouvre de manière singulière ce débat de fond qui interpelle la société et la jeunesse tunisiennes.

Commentaires:

Commentez...