De part et d’autre de Bab Bhar : Le destin pluriel de la rue des Remparts

La rue de la Commission tient son nom d’une commission financière internationale qui y a siégé en 1872 | Crédit photo : Hatem Bourial

Qui se souvient encore de la rue des Remparts? En arabe, cette artère qui se trouvait de part et d’autre de Bab Bhar portait le nom de rue Essour.

Cette rue doit son nom aux anciens remparts de Tunis dont la démolition remonte à 1872. C’est sur l’emplacement de cette enceinte que se trouvait la rue des Remparts dont nous allons suivre le tracé.

D’un côté, cette rue a laissé la place à l’actuelle rue de la Commission prolongée par la rue Sidi Bou Mendil. Pour l’anecdote, la rue de la Commission tient son nom d’une commission financière internationale qui y a siégé en 1872. Créé en 1868 pour contrôler les finances de la Régence de Tunis, cette commission est restée en activité jusqu’en 1882 et a ouvert la voie au Protectorat français.

De l’autre côté de la Porte de France – l’autre nom de Bab Bhar -, la rue des Remparts sera renommée dans ses deux sections qui aboutissaient à Bab Carthagena. La première partie de la rue porta le nom de rue de la Poste italienne car elle menait aux locaux de la poste italienne à la rue Zarkoun. La seconde partie porte de nos jours encore le nom de rue des Glacières. On y trouvait en effet des fabricants de glace alimentaire.

Ce sont ainsi ces quatre rues que nous venons de citer qui ont remplacé la fameuse et historique rue des Remparts qui se déployait de Bab Djazira à Bab Carthagena, à l’ombre des anciennes murailles de Tunis…

Commentaires:

Commentez...