Tunisie : Amnesty International s’inquiète de l’usage « non nécessaire de la force létale »

Dans un communiqué rendu public ce jeudi 13 juillet 2017, Amnesty International a mis en garde contre un projet de loi examiné par l’ARP, qui, au nom de la protection des forces de sécurité permettra, selon l’ONG, l’usage « non nécessaire de la force létale » par la police.

En effet, examiné par une commission en vue d’un vote au Parlement, ce projet de loi garantit la protection des militaires, des forces de sécurité intérieure et de la douane contre « les atteintes menaçant leur sécurité et leur vie, et ce pour garantir la stabilité de la société tout entière », selon le texte, rapporte l’agence AFP.

Ce projet de loi est « une étape dangereuse vers l’institutionnalisation de l’impunité dans le secteur sécuritaire tunisien », a estimé dans un communiqué, Heba Morayef, directrice de recherche d’Amnesty International en Afrique du Nord, a-t-on indiqué.

Il autoriserait en effet « l’usage de la force létale par la police (…) quand bien même la vie d’autrui ne serait pas en danger », contrairement à ce qu’autorise le droit public international, ajoute le communiqué de cette ONG.

Commentaires:

Commentez...