S’il ne vous restait que 24h à vivre, que feriez-vous ?

Large group of young people enjoying a beach partyIl arrive souvent que dans la vie, on se sente comme un hamster dans sa cage, coincé par des devoirs, des obligations et une liste interminable de tâches à effectuer.

On a tellement le nez dans nos routines et dans nos soucis qu’on oublie de savourer des moments, on oublie d’aimer les gens qui comptent pour nous.

Mais s’il vous restait vraiment seulement 24 heures à vivre, comment les passeriez-vous ? avec qui ? où ?

J’ai posé la question sur Facebook et voici les réponses des internautes tunisiens :

« Puisque l’argent n’aura plus aucune importance, je prendrais un billet d’avion pour la destination de mes rêves et j’y passerais mes dernières heures ».

« Un ami à moi vient d’être fauché dans un accident de voiture. Il aurait sûrement aimé avoir 24h de plus, ça m’a vraiment fait réfléchir à cette question et ça n’a pas été facile. C’est dur de faire face à la pensée qu’on pourrait mourir soudainement.  Je crois que je payerais mes dettes pour partir clean. Je demanderais pardon à tous ceux que j’ai offensés d’une manière ou d’une autre. Ensuite, je rassemblerais toute ma famille pour leur faire mes adieux et j’irais mourir sur la tombe de mon père. »

« J’appellerais mes sœurs pour qu’on se retrouve et j’emmènerais ma fille avec moi. Je ferais une vidéo pour elle, pour lui dire tout ce que je ne pourrais pas lui dire si je partais trop tôt (c’est encore un bébé). J’écrirais mon testament puis j’irais voir mon père et mon mari. J’appellerais probablement ma mère en dernier. »

« Je ferais un dîner où j’inviterais toute ma famille pour se partager les souvenirs des bons moments et rire un bon coup. Je leur demanderais à tous de rester avec moi, à la maison, pour mes dernières heures. Pour qu’ils soient là jusqu’à la dernière minute. »

« J’irais à la Mecque pour effacer tous mes péchés avant de me retrouver devant Dieu. »

« J’irais dire à quelqu’un que je l’aime. »

« Je mettrais un statut invitant tout ceux que j’aime à dîner et à passer une soirée folle dans un endroit dont je déteste le proprio, sans dire à personne que je vais mourir. Je commanderais des dizaines de bouteilles de champagne et en fin de soirée, je demanderais la méga addition que je paierais avec un chèque qui ne sera jamais honoré. »

« Je rassemblerais autour de moi mes parents, mes enfants et mes meilleurs amis. Il y aurait aussi les personnes que j’ai le plus aimé, même si elles ne font plus partie de ma vie depuis longtemps. »

« Je coucherais sur le papier mes expériences, ce que j’ai vécu de plus beau, de plus intense, comme une espèce de testament sans volontés, juste mon histoire pour quelqu’un la lise un jour. »

« j’irais voir tous ceux (et surtout celles) à qui je pense avoir fait du tort, pour reconnaître mes fautes et demander l’absolution, puis je passerai les deux dernières heures avec ma petite famille pour rigoler un bon coup. »

« J’irais voir ma maman et je lui dirais : Quoi que je fasse, le sentiment de ne pas être à la hauteur des sacrifices que tu as faits pour moi restera indélébile pour l’éternité. Je t’aime. »

« J’irais voir l’amour de ma vie que j’ai perdu de vue depuis très longtemps et je lui ferais ma déclaration. C’est avec lui que je passerais mes dernières 24 heures. »

« S’il ne me restait que quelques heures, j’irais chez ma belle-mère et je lui donnerais du poison. Puis je la regarderais mourir à petit feu. Je n’imagine pas une plus belle façon de finir ma vie. Elle a tellement empoisonné mon existence que le poison ne serait qu’un juste retour des choses. »

« Je ferais une grande fête sur la plage, j’inviterais des musiciens, j’allumerais un feu de camp et ma vie s’arrêterait en chantant et en dansant avec des gens heureux de vivre. »

« J’irais voir ma collègue de bureau pour qui je craque et qui est mariée. Et je lui dirais que c’est son visage elle que je veux voir en dernier sur cette terre. Peut-être qu’elle craquera aussi pour moi ».

« J’irais casser la gueule à tous ceux qui m’ont fait chier! »

« J’irais voir cet homme que j’ai aimé de toutes mes forces et que j’ai perdu. Je le prendrais dans mes bras et je lui dirais que je ne regrette rien, qu’il a été la plus belle chose qui me soit arrivée et que si c’était à refaire, je le referais sans hésiter. Je lui dirais que je l’aime et que je serai son ange gardien quand je serai au ciel. »

Cette question aura eu le mérite de faire prendre conscience aux uns et aux autres de ce qui était important pour eux. Il serait peut-être temps d’en faire une priorité. Parce qu’on ne sait jamais quand la vie s’arrête. Et justement, comme on ne le sait pas, il est préférable d’éviter tout projet de meurtre ou de torture.

Et vous, que feriez-vous ?

Commentaires:

Commentez...