L’émission algérienne « El Djazaïria Week-End » supprimée après des pressions politiques

La publication du livre « Paris Alger », écrit par deux reporters français, Marie-Christine Tabet (Journal Du Dimanche) et Christophe Dubois (Sept à Huit) a entraîné l’arrêt définitif de l’émission satirique El Djazaïria Week-End, vendredi 24 avril.

Une révélation immobilière qui fâche

L’un des chroniqueurs de la chaîne TV privée El Djazaïria, Abdou Semmar, a relaté, outré, la révélation d’un achat immobilier de la fille du Premier ministre algérien, Rym Sellal. Cette dernière aurait acheté un appartement sur les Champs-Elysées à 800.000 euros, ainsi qu’un « canapé à 3600 euros et un plasma à 1500 euros« , a rappelé le journaliste lors de l’émission du 17 avril dernier.

Le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, furieux, aurait convoqué le président de la chaîne TV en lui demandant de « faire preuve de professionnalisme […], pour ne pas porter atteinte aux constantes de la Nation ou aux symboles de l’Etat. »

Avec seulement 26 numéros, El Djazaïria Week-End se retire

Ce vendredi 24 avril, El Djazaïria Week-End a annoncé sa dernière émission qu’ils ont renommé « El Djazaïria The End ». Les chroniqueurs attristés ont salué le soutien de tous leurs téléspectateurs qui les ont suivis sur leur « chaîne de la liberté » au cours de leurs 26 numéros.

Le chroniqueur, Abdou Semmar, en direct par Skype, ce lundi 27 avril, dans l’émission française Le Petit Journal (Canal +), précise la raison officielle donnée aux journalistes concernant l’arrêt de la chaîne.

[pull_quote_center]Nous avons eu des pressions politiques directes et indirectes suite à des appels téléphoniques de la part de plusieurs ministres algériens qui n’ont pas apprécié notre liberté de ton et le fait qu’on s’interroge sur leur patrimoine immobilier en France.[/pull_quote_center]

Un changement de forme et de contenu de l’émission a été exigé, la chaîne TV a préféré se retirer plutôt que de changer la ligne éditoriale de son émission satirique ou licencier des journalistes.

« Paris Alger » interdit à la vente en Algérie

« Paris Alger » relate la relation passionnelle entre la France et l’Algérie, ainsi que de nombreuses révélations sur les hommes politiques algériens. Par ailleurs, en Algérie, ce livre est introuvable.

Toutefois le journaliste confie qu’il « circule sous le manteau » puisque les Algériens sont également « doués pour les solutions informelles ».

De plus, aucune plainte, ni communiqué, n’ont été faits à l’encontre de la publication du livre, par le régime algérien, s’indigne-t-il.

Laure-Hélène Bonenfant

Commentaires:

Commentez...